/ InsidersActualité

[DECODE INSIDERS] Face à Netflix et Amazon, Rakuten étend son service de streaming dans 30 nouveaux pays européens

#VoD: Face à Netflix et Amazon, Rakuten étend son service de streaming dans 30 nouveaux pays européens

Rakuten, le géant japonais de l’e-commerce, tente de s’imposer sur le marché de la vidéo à la demande. L’entreprise a annoncé élargir son service à 30 nouveaux pays européens, ainsi qu’un partenariat avec Samsung, LG, Philips et Hisense, qui éditeront un bouton « Rakuten TV » sur leurs télécommandes. Avec seulement 7 millions d’utilisateurs (contre 139 millions pour Netflix), Rakuten TV se devait de réagir et sera désormais présent dans 42 pays. Le groupe Rakuten veut s’imposer peu à peu sur un marché dominé par Netflix et Amazon Prime, que d’autres sociétés souhaitent détrôner, comme Apple et Google

À l’instar d’Amazon, Rakuten TV est une extension des activités originels de Rakuten, c’est à dire la vente de produits électroniques et grand public en ligne. Le PDG de Rakuten TV Jacinto Roca a fait une série d’annonce prouvant que l’entreprise compte se distinguer de la concurrence. En effet, l’approche choisie pour séduire le consommateur ne passe pas par un abonnement, mais par des films payés individuellement.

Rakuten TV a également pour objectif de proposer une sélection de contenus ciblée pour chaque marché local, en utilisant des données pour savoir ce que les gens du pays aiment regarder à la télévision, mais aussi quelles sorties cinématographiques seraient populaires, pour que l’entreprise en achète ls droits.

#RobotsLivreurs: Nuro, soutenu par SoftBank, étend son service autonome de livraison à Houston

En juin dernier, Nuro s’est allié à la chaîne de supermarchés Kroger pour tester son service de livraison par véhicule autonome. Depuis, la startup californienne a effectué des milliers de livraisons à ses clients dans l’Arizona et étend  son partenariat. Le service sera disponible dans deux des magasins Kroger à Houston, au Texas. 

Créé en 2016 par Dave Ferguson et Jiajun Zhu, anciens ingénieurs de Google, Nuro propose un service de livraisons de courses ou de repas via des véhicules autonomes. Après avoir été financé par SoftBank à hauteur de 940 millions de dollars, Nuro avait lancé en août son service en Arizona, grâce à son robot de livraison autonome personnalisé, le R1, équipé de deux compartiments pouvant contenir jusqu’à six sacs d’épicerie chacun. 

Crédit: nuro.ai

La startup californienne ambitionne à long terme d’utiliser sa technologie pour élargir la livraison à des biens et des services locaux, en plus des courses, il pourra s’agir de n’importe quel article apte à entrer dans un véhicule Nuro.

#International: Startup Sesame présente les 15 nouvelles jeunes pousses qu’il veut faire décoller

Startup Sesame, le programme européen qui accompagne les start-up dans leur développement à l’international, annonce sa 5ème édition à Valence le 5 avril. 15 start-up ont été sélectionnées par le programme, parmi plus de 300 candidatures provenant de 55 pays. Il s’avère que 10 de ces start-up ont été fondées par des femmes.

Parmi les 15 entreprises sélectionnées, on peut citer l’allemande Localyze qui vise à soutenir les employés lors d’un processus de délocalisation à l’international grâce à une solution logicielle, du visa à l’intégration sociale, ou encore la suédoise Ceretai, qui fournit une analyse automatique des stéréotypes dans les médias pour sensibiliser sur les biais inconscients dans la culture populaire. Un seul français fait partie des 15 sélectionnés. Il s’agit de Muzeek, la plateforme permettant de générer des morceaux de musique originaux, capables de s’adapter à un contenu audiovisuel (clip, vidéo, ..), grâce à l’intelligence artificielle, imaginée par le compositeur André Manoukian et l’entrepreneur de la Tech, Philippe Guillaud.

#VR: Google ferme son studio dédié à la création de contenu en réalité virtuelle

Pourquoi Google a-t-il pris la décision de fermer son studio dédié aux films en réalité virtuelle? La nouvelle, révélée par le magazine Variety, intervient après six ans d’activité.

« Google Spotlight Stories ferme ses portes après plus de six ans consacrés à la création d’histoires et à leur diffusion sur les mobiles, les écrans, en réalité virtuelle et partout où nous pouvions les diffuser». C’est la teneur du mail envoyé par Karen Dufilho, exécutive producer, à ceux qui ont supporté le studio.

Crédits: Google Spotlight Stories

Difficile de suivre la stratégie du géant américain en matière de réalité virtuelle. Google n’a pas souhaité commenter cet arrêt. «Nous combinons l’art et les sciences pour développer des technologies innovantes et créer des histoires immersives pour le 360°, la réalité virtuelle sur mobile et les casques de réalité virtuelle», explique le site de l’entreprise. L’équipe du studio était intégrée à la division «Advanced Technologies and Products».

Si le studio a connu quelques succès comme le prix reçu en 2017 du «Creative Arts Emmy for Outstanding Innovation in Interactive Programming» remporté par le court métrage d’animation « Pearl » réalisé par Patrick Osborne, qui ont permis de mettre un éclairage sur les possibilités offertes par la VR, il semblerait que Google ne soit pas allé jusqu’à mettre en place une réelle stratégie de monétisation. Pour rappel, Facebook s’était aussi essayé à l’exercice mais avait mis fin aux activités de sa division Oculus Story Studio dirigé par des anciens de chez de Pixar en 2017.

#Esport: qui est « Ninja », le gamer superstar de Fortnite?

AFP – A 27 ans, Tyler Blevins, alias « Ninja », vit sa vie rêvée. Le succès fulgurant de Fortnite a fait de ce jeune Américain une superstar: une première pour un joueur professionnel de jeux vidéo. Plus jeune, comme beaucoup d’ados, Tyler Blevins passait des heures à jouer sur son ordinateur dans le sous-sol de la maison familiale à Chicago. Désormais, il fréquente Neymar, Drake ou Travis Scott, voyage à travers le monde, est sponsorisé par Red Bull et invité sur les plus grands plateaux télé aux Etats-Unis. 

Les plus de trente ans ignorent sans doute son existence mais demandez aux 10-25 ans: s’ils sont fans de jeux vidéo, ils ne connaissent que lui et ses cheveux fluos. Ils sont d’ailleurs 13 millions à le suivre sur la plateforme Twitch et plus de 21 millions sur Youtube juste pour le regarder jouer. A force de manier la souris et le clavier, il est devenu le boss du jeu vidéo Fortnite, carton planétaire qui a bousculé le secteur du gaming lors de son lancement en 2017. Aujourd’hui, personne ne maîtrise mieux que lui le mode « Battle royale » du jeu phénomène. « J’ai commencé à jouer à Fortnite et j’ai trouvé ça fun. C’est gratuit, ce qui est génial, et je suis juste tombé amoureux du jeu», raconte-t-il dans un entretien avec l’AFP. 

Crédits: Ninja & Neymar/ Twitter @Ninja

« C’est sympa à regarder. Ça raconte une histoire et c’est très simple: tu commences avec 100 joueurs et le dernier survivant gagne», dit-il pour expliquer le succès du jeu aux 200 millions d’inscrits. Au début, tout ça n’était qu’un hobby, mais assez vite, alors qu’il est encore étudiant, il commence à en tirer des revenus intéressants. Depuis huit ans, le streaming est son job à plein temps. « J’ai dit à ma mère que si j’arrivais à me faire plus que le salaire minimum, je streamerai à temps plein et elle était d’accord», déclare-t-il. Grâce au succès de Fortnite, ses revenus sont aujourd’hui estimés à 500 000 dollars par mois. Mais pour y arriver, « j’ai dû sacrifier beaucoup de choses. Je ne traînais jamais avec mes amis sauf pour jouer aux jeux vidéo. J’ai été un petit copain horrible pour les petites amies que j’ai eues quand j’ai commencé. Je les ai négligées car je jouais tout le temps aux jeux vidéos

Avec la folle expansion du secteur du gaming et de l’esport, certains jeunes sont tentés de suivre sa voie en se lançant dans une carrière de gamer. « C’est très difficile. Ayez toujours un plan B», prévient-il. D’autant que le secteur, en forte croissance, reste volatile. Au top depuis son lancement, Fortnite semble aujourd’hui en perte de vitesse face à la concurrence d’Apex Legends, un jeu de tir qui s’est immédiatement imposé parmi les titres les plus suivis. De quoi avoir un impact sur sa carrière ? « Je vais continuer à jouer à Fortnite jusqu’à ce que je pense que le jeu n’est plus bénéfique pour moi. Mais c’est un jeu sympa, il ne va pas disparaître du jour au lendemain. Au pire, il lui reste cinq ans», prédit-il. En revanche, il en est certain, le streaming n’est pas une mode éphémère, et son succès non plus. 

Tags
Plus d'infos

Assiya Berrima

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This