Data Room

[Etude IAB] Comment les internautes perçoivent la publicité en ligne

L’association IAB vient de publier une étude qualitative sur la perception de la publicité sur Internet. Principal constat: la publicité en ligne est globalement bien acceptée par les internautes, qui ont conscience de sa valeur de « contre-partie ». En revanche, les sondés semblent très exigeants : afin d’être bien perçue, la publicité online se doit d’optimiser toutes les spécificités d’Internet. Le maître mot reste l’interactivité.

Parmi les principaux constats et recommandations de l’étude:

  • Les sondés déplorent un manque d’originalité. Selon eux, la publicité en ligne reprend trop souvent à l’identique ce qu’on retrouve déjà sur d’autres médias.
  • Il sollicitent donc davantage d’interactivité, des contenus divertissants, percutants et décalés.
  • Sans surprises, les sondés rejettent la plupart des formats de publicité intrusifs. Toutefois ce genre de publicité est plus accepté par les internautes lorsqu’elle est très créative et surtout interactive.
  • Les spams, les formats Overlay et les fenêtres pup up semblent pour leur part être totalement proscrits par les interrogés.
  • Afin d’être pertinentes les marques usent souvent du ciblage. L’utilisation des données personnelles des internautes doit cependant être maniée avec précaution pour ne pas rompre la confiance de l’utilisateur, qui reste un élément clef sur Internet.
Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
[Etude IAB] Comment les internautes perçoivent la publicité en ligne
[Livre Blanc] RGPD 1 an après, quel impact sur les programmes de fidélité ?
[Livre Blanc] Le guide pratique du feedback client
Product Management Thiga
[Livre Blanc] Product Management: l’organisation produit des meilleures entreprises
[Livre Blanc] L’art du storytelling de marque
[Livre Blanc] Game of Fraude : le retour du DAF !
Paolin Pascot (Agriconomie): les nouvelles technologies permettent à l’agriculteur «de prévoir plutôt que de subir»
Copy link