ActualitéBusinessHealthcareInvestissementsLes levées de fondsStartup

IA : Therapixel lève 5 millions d’euros pour améliorer le dépistage du cancer du sein

Le montant

La start-up française Therapixel, spécialisée dans les technologies pour épauler le personnel médical, a bouclé un tour de table de 5 millions d’euros auprès d’Omnes et de M Capital Partners. Auparavant, la société avait déjà levé 600 000 euros en 2015 après une première levée de fonds de pré-amorçage de 300 000 euros en 2014.

Chargé de piloter depuis le 1er mars le grand défi lancé par l’État, «Comment améliorer les diagnostics médicaux par l’intelligence artificielle», Olivier Clatz, qui était jusque-là à la tête de Therapixel, laisse les rênes de l’entreprise à Pierre Fillard, co-fondateur et CTO. Un nouveau directeur général doit être désigné dans les prochains mois.

Le marché

Fondée en 2013 par Olivier Clatz et Pierre Fillard, deux anciens chercheurs de l’Inria, Therapixel développe des technologies pour simplifier la vie du personnel médical, chirurgiens et radiologues en tête. Avant de s’intéresser au dépistage du cancer du sein, la start-up française avait également lancé d’autres produits, comme une technologie de contrôle sans contact des images médicales dans le bloc opératoire pour faciliter le quotidien des chirurgiens. Désormais, la société s’attèle à épauler les radiologues dans le dépistage du cancer du sein.

Dans cette optique, Therapixel développe une technologie reposant sur l’intelligence artificielle pour aider les radiologues à dépister, par la mammographie, le cancer du sein. Il s’agit d’une enjeu majeur puisqu’une femme sur huit est concernée au cours de sa vie par un cancer du sein.

Chaque année, ce ne sont pas moins de 250 millions de mammographies qui sont analysées dans le monde. «Le cancer du sein est très difficile à diagnostiquer : à peine 0,5% des mammographies révèlent des tissus cancéreux et 10% d’entre eux sont de faux positifs», explique la société.

Dans ce contexte, les algorithmes conçus par la jeune pousse basée à Sophia Antipolis et Paris doivent apprendre de mammographies existantes pour progresser et ainsi atteindre le niveau de performance des meilleurs radiologues. Une innovation qui a permis à la société de remporter en 2017 la compétition «Dream Challenge», qui vise à améliorer le dépistage du cancer du sein grâce à l’intelligence artificielle.

Les objectifs 

Ce tour de table doit permettre à Therapixel de financer le déploiement de sa technologie basée sur l’intelligence artificielle pour dépister le cancer du sein en première lecture. La commercialisation de ce dispositif devrait débuter fin 2019 ou début 2020, aux États-Unis dans un premier temps, avant d’envisager une expansion plus large en Europe.

En parallèle, la société, qui compte actuellement 15 collaborateurs, prévoit d’étoffer ses effectifs pour accélérer son développement. «Avec ce tour de financement et notre gouvernance renforcée, nous avons les capacités pour continuer d’attirer les meilleurs talents et maintenir notre avancée technologique», indique Pierre Fillard, co-fondateur et directeur général de Therapixel.

Therapixel : les données clés

Fondateurs : Olivier Clatz et Pierre Fillard
Création : 2013
Siège social : Sophia Antipolis (Provence-Alpes-Côte d’Azur)
Activité : dépistage du cancer du sein
Financement : 5 millions d’euros en mars 2019

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This