/ InsidersActualité

[INSIDERS] Facebook cherche 1 milliard de dollars pour financer sa cryptomonnaie

#Facebook: à la recherche d’1 milliard de dollars pour financer sa cryptomonnaie

Facebook cherche des investisseurs pour son projet de cryptomonnaie, selon un journaliste du New York Times. “Des sources me rapportent que Facebook cherche maintenant des sociétés de capital-risque pour investir dans son projet de cryptomonnaie que nous avons présenté plus tôt cette année. J’ai entendu dire qu’ils ciblaient de grosses sommes, jusqu’à 1 milliard de dollars.” a-t-il tweeté. 

 

Bien que Facebook n’ait pas confirmé ces propos, l’entreprise développe sa propre « stable coin » pour les transferts d’argent sur WhatsApp, comme l’avait révélé Bloomberg en décembre dernier. 

Les fonds levés pourraient servir de garantie pour la cryptomonnaie, selon les sources du NYT. Plus tôt cette année, Facebook a mis la main sur Chainspace, la start-up à l’origine d’une plateforme de smart contracts. Par ailleurs, Ross Sandler, analyste de Barclays, a estimé que le projet de Facebook pourrait rapporter entre 3 et 19 milliards de dollars en revenus supplémentaires d’ici 2021.

#Netflix: des millions de personnes utilisent le mot de passe de quelqu’un d’autre

Si Netflix revendique au moins 139 millions d’abonnés payants dans le monde, beaucoup plus de personnes profiteraient de son service sans être abonnés. En effet, 14% des personnes interrogées lors d’une enquête réalisée par MoffettNathanson avouent profiter de Netflix en utilisant un compte payé par une personne avec qui ils ne vivent pas.

Crédit: Netflix

Cependant, l’entreprise ne souffre pas de ce potentiel manque à gagner. L’analyste Michael Nathanson souligne en effet que ces personnes sont des client potentiels pour Netflix, dans la mesure où ils pourraient être séduits par l’offre du service de VoD et envisager de s’abonner d’eux-mêmes. 

L’étude de MoffettNathanson indique que les utilisateurs de Netflix apprécient le service en lui-même, c’est-à-dire un large choix de vidéos à la demande sans publicités. Interrogés sur les raisons pour lesquelles ils apprécient ce service, les utilisateurs ont majoritairement répondu: « j’aime ne pas être interrompu par des publicités». 

#Cyberattaques: hausse des attaques liées à des élections au sein de l’OCDE

AFP – Des cyberattaques ont visé la moitié des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ayant tenu des élections nationales en 2018, indique lundi un rapport de l’agence de surveillance des télécommunications du Canada. Leur nombre a « plus que triplé depuis 2015», précise ce rapport du Centre de sécurité des télécommunications (CST) du Canada, qui s’attend à une nouvelle hausse en 2019. « Un petit nombre d’Etats-nations sont à l’origine de la majorité des cybermenaces», selon le rapport mentionnant nommément la Russie à plusieurs reprises.

A l’heure des réseaux sociaux, les électeurs sont maintenant la principale cible de ces cybermenaces, davantage que les partis politiques, les candidats ou leur personnel, souligne le document. « Ce changement semble avoir pris naissance en 2016, probablement en raison des activités d’ingérence en ligne menées par la Russie contre les élections présidentielles de 2016 aux Etats-Unis, lesquelles ont été perçues comme une réussite par les auteurs de cybermenaces», souligne-t-il. L’objectif immédiat de cette « ingérence étrangère en ligne» est de manipuler l’information diffusée « pour influencer l’opinion et le comportement des électeurs». A long terme, elle vise à « promouvoir les intérêts économiques, idéologiques ou militaires d’Etats étrangers», à « saper la confiance envers la démocratie» et à « créer des fractures au sein d’alliances internationales».

Au Canada, à un peu plus de six mois des législatives prévues en octobre, « il est très probable que les électeurs (…) feront face à une forme quelconque d’activité d’ingérence étrangère en ligne», sans pour autant menacer le scrutin en soi, qui se déroule « encore principalement sur support papier». « Plus d’un adversaire étranger a manipulé les médias sociaux au moyen de cyberoutils pour propager sur Twitter des renseignements faux ou trompeurs sur le Canada», note le rapport en rappelant aussi que « des médias parrainés par des Etats étrangers ont déprécié des ministres» canadiens.

Vendredi, le Premier ministre Justin Trudeau a mis en garde contre le risque d’ingérence de la Russie dans les élections canadiennes. Sa ministre des institutions démocratiques, Karina Gould, a dit lundi avoir discuté de la situation avec les dirigeants des plus grands réseaux sociaux, tout en déplorant leur manque de coopération en général. « Le sérieux avec lequel ils prennent ces questions laisse beaucoup à désirer», a déclaré Mme Gould, même si Facebook s’est selon elle montré plus coopératif que d’autres réseaux sociaux.

Tags
Plus d'infos

Assiya Berrima

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This