ActualitéEn pratiqueManagement

Startups : les 10 erreurs à ne pas commettre

A force de suivre l’actualité des startups, on finit par repérer les impairs les plus fréquemment commis par les entrepreneurs.  Voici une sélection de 10 erreurs, parmi d’autres, à éviter lors du lancement d’une start-up :

  • Se ruer sur les médias

Avant de rechercher une couverture médiatique, il convient de se poser les bonnes questions : êtes-vous prêt à apparaître dans la presse ? A quoi vous servira d’obtenir un article ? Pesez le pour et le contre : dans certains cas, la presse peut permettre d’attirer les investisseurs ; en revanche, en cas d’échec, être connu dans les médias peut vite devenir un handicap pour l’entrepreneur.

  • Lever des fonds trop tôt

Dans un premier temps, la meilleure démarche reste encore de se concentrer sur le business model, et de s’assurer de bons résultats, sans avoir à supporter la pression des conseils d’administration et de la surveillance pointilleuse des investisseurs. Si votre start-up se suffit à elle-même, vous pouvez alors assurer aux investisseurs une prise de risque minime, et commencer à rechercher des fonds.

  • Se lancer seul dans l’aventure…ou être trop entouré

Fonder une start-up seul est un pari très risqué : les compétences requises sont trop variées, et la charge de travail trop importante pour être assumées par une seule personne. En vous entourant de co-fondateurs et/ou de conseillers, vous gagnerez en productivité.

A l’inverse, un nombre trop important de co-fondateurs peut être nuisible : si vous montez une start-up avec 3 amis, vous détiendrez seulement 25% de la société ; en outre, plus il y a de dirigeants, plus il est difficile de mener la barque, et des conflits d’autorité risquent de s’installer.

  • Abuser du networking

L’univers des startups regorge de cocktails et autres événements de networking qui deviennent rapidement très chronophages. A tel point que certains finissent par consacrer plus de temps au réseautage qu’au travail ! Un comportement risqué, qui renvoie une image négative à vos employés et à vos investisseurs.

  • S’acharner sur une idée qui ne marche pas

L’image-type de l’entrepreneur passionné qui quitte son poste du jour au lendemain pour se consacrer à son idée cache une prise de risque inconsidérée : quitter un emploi sans avoir préalablement testé votre concept et vous être assuré de ses chances de réussite est une grossière erreur. Mais même à ce stade, rien ne peut garantir que votre produit ou votre service sera apprécié des clients. Dans le cas où les choses tourneraient mal, mieux vaut s’arrêter tout de suite et s’investir dans un projet plus sûr.

  • Manquer des occasions

Un entrepreneur avisé sait quand le moment est venu de revendre sa start-up. Plusieurs jeunes pousses à succès ont déjà refusé des offres d’acquisition de plus de 100 millions d’euros : une fermeté qui semble admirable, mais est en réalité fort dommage. Pensez à l’exemple de Path : le fondateur du réseau social, David Morin, a décliné en 2011 l’offre de Google, d’une valeur de plus de 75 millions d’euros. Depuis, la start-up connaît des moments difficiles.

  • Cacher ses difficultés

Il est facile pour une start-up de mentir à des journalistes ou à des investisseurs peu vigilants. Cela arrive notamment lorsqu’un entrepreneur a désespérément besoin de fonds, et grossit les chiffres de sa croissance pour attirer l’attention des investisseurs. Un comportement risqué : un jour où l’autre, la vérité refera surface, et l’entrepreneur perdra toute crédibilité.

  • Courir après la croissance

L’obsession de la croissance n’a pas de sens, et ne doit pas reléguer le produit au rang de préoccupation secondaire. Chaque start-up a ses spécificités et croît à un rythme différent des autres. L’attitude intelligence consiste à poser des objectifs de croissance fondés sur le parcours d’entreprises similaires à la vôtre.

  • Sous-estimer les difficultés de l’entrepreneuriat

Evidemment, la majorité des startups dont on entend parler dans les médias sont des success stories. Pourtant, le succès n’est pas systématiquement au rendez-vous, et certains entrepreneurs doivent passer par la case échec. Même en dehors de cette éventualité, fonder une start-up n’est pas toujours une partie de plaisir : obsession, surcharge de travail, isolement et autres difficultés sont le lot de l’entrepreneur.

  • Ne pas avoir assez d’ambition

Les meilleures startups sont celles qui emploient à la fois des pragmatiques et des rêveurs. Pour aboutir à de grandes réalisations, il faut d’abord avoir de grandes idées. Voir trop petit, c’est limiter dès le départ sa capacité d’action.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Plus d'infos

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

43 commentaires

  1. stephaneturquay « Abuser du networking » haha tellement vrai

  2. ThomasGabelle c’est notamment ce point là qui m’a fait penser à toi ;-)

  3. Il manque certainement le point le plus important : manquer de Gros Bon Sens

  4. Article très intéressant ! Je pense qu’il est très
    important pour un entrepreneur de faire attention à son identité visuelle. Pour
    attirer des clients, il est impératif de refléter une image sérieuse et qui
    transmet de manière claire les services que vous proposez. Je pense que tout
    entrepreneur doit investir dans son identité de marque c’est-à-dire pour la
    réalisation de son logo, site web, supports publicitaires, etc. Le logo est
    l’élément essentiel de votre identité visuelle. Il doit être original afin de
    se démarquer des autres entreprises, mémorable mais simple. Les entrepreneurs
    ne disposent pas de beaucoup de fonds et ont donc un budget assez restreint. Je
    pense que dans ce cas, la meilleure option pour obtenir une identité visuelle
    de qualité est de se tourner vers les plateformes de crowdsourcing comme http://www.designonclick.fr . Sur ces
    plateformes, vous avez la possibilité de lancer un concours de design et de
    confier vos taches graphique à des nombreux designers. Vous pouvez choisir
    parmi une variété de propositions et sélectionner le design gagnant. Vous fixez
    votre budget et si vous n’êtes pas satisfait, vous êtes remboursé. Je
    recommande cette méthode à tous les entrepreneurs !

Share This