ActualitéBusinessEuropeTech

7% des éditeurs de logiciels français captent 70% du chiffre d’affaires du secteur

  • Entre 2013 et 2015, le chiffre d'affaires cumulé des 250 éditeurs de logiciels français les plus importants à augmenté de 35%. 
  • 70% de ce chiffre d'affaires est généré par 7% des acteurs du secteur. 
  • Les éditeurs de logiciels ont créé 17 800 emplois depuis deux ans, localisés à près de 60% en France. 

 

En plein essor, le secteur des éditeurs de logiciels, reste néanmoins fortement concentré, si l'on en croit les résultats du «6e Panorama Top 250 des éditeurs de logiciels français», réalisé par le Syntec Numérique en partenariat avec EY. Entre 2013 et 2015, le chiffre d'affaires cumulé des 250 éditeurs de logiciels français les plus importants a ainsi augmenté de 35% (passant de 9,2 milliards d'euros à 12,4 milliards d'euros). Pourtant, 70% de ce chiffre d'affaires est produit par 7% des acteurs du secteur. 

Parmi les principaux éditeurs de logiciels du panorama, on retrouve des acteurs comme Dassault Systèmes, Criteo ou encore Murex dans le Top 3 des éditeurs dits «sectoriels» (i.e. qui ciblent un secteur en particulier, comme la banque). Axway Software, Cegid et Neopost arrivent quant à eux dans le Top 3 des éditeurs «horizontaux» (i.e. qui proposent une offre plus globale). La dernière catégorie, qui regroupe les éditeurs «particuliers et jeux», compte enfin des sociétés comme Ubisoft, Gameloft ou encore Avanquest.

Près de 18 000 emplois créés en 2 ans

Interrogés sur la décomposition de leur chiffre d'affaires, les éditeurs de logiciels (toutes catégories confondues) déclarent réaliser 40% de leur revenus grâce au support et à de la maintenance et 35% grâce à la vente de licences ou de produits. Un quart de leurs revenus provient aujourd'hui du SaaS et des services Internet (contre 22% en 2014). Les problématiques liées au Cloud et au SaaS sont d'ailleurs identifiées comme étant la priorité technologique de l'année par 49% des entreprises du panel. 

Autre constat, ce sont les éditeurs «sectoriels» qui ont connu la plus forte croissance sur la période, avec un chiffre d'affaires cumulé en hausse de 40%. En termes de taille d'entreprises, ce sont les acteurs les plus importants qui voient leur activité croître le plus depuis deux ans: une hausse de 37% en cumulé pour les éditeurs déclarant un chiffre d'affaires compris entre 50 et 100 millions d'euros, et de 39% pour ceux ayant un chiffre d'affaires supérieur à 100 millions d'euros. 

Enfin, dernier enseignement de l'étude, plus des trois quarts (78%) des éditeurs de logiciels du panel déclarent être confrontés à des difficultés de recrutement. Entre 2013 et 2015, ils ont pourtant permis la création de 17 800 emplois, majoritairement basés en France (dans 58% des cas). 

A noter que parmi ses lauréats, le Syntec et EY n’ont pas discriminé l’entreprise si elle possédait son quartier général à San Fransisco, comme pour Talend (classée 6e de la catégorie éditeurs «horizontaux»). De même, les investisseurs de ces champions français peuvent être étrangers, comme dans le cas de Cegid (catégorie éditeurs «horizontaux»), racheté par deux fonds anglo saxons. «Le fonds d’investissement n’a pas vocation à s’inscrire dans la gouvernance» justifie EY.

[tabs] [tab title= « Top 5 des éditeurs de logiciels, par catégories »]

Catégorie des éditeurs «sectoriels»

1. Dassault Systèmes

2. Criteo

3. Murex

4. Cegedim

5. Sopra Steria Group


Catégorie des éditeurs «horizontaux»

1. Axway Software

2. Cegid

3. Neopost

4. Sopra Steria Group

5. ESI Group


Catégorie des éditeurs «particuliers et jeux»

1. Ubisoft

2. Gameloft

3. Avanquest

4. Focus Home Interactive

5. Pretty Simple

[/tab] [/tabs]

 

top250-editeurs-ey-syntec

**Méthodologie: panorama réalisé sur la base d'un questionnaire envoyé aux acteurs français du logiciel qui déclarent ne pas être filiales d'un groupe étranger au titre de leur exercice 2015. Le classement général est établi sur la base du chiffre d'affaires de leur acivité d'édition de logiciel. Plus de 380 éditeurs ont répondu à l'enquête pour cette 6e édition. 

 

Tags

Claire Spohr

Chargée d'études au sein de la rédaction.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This