A la uneActualitéAfriqueFinTech

Interswitch, la toute première licorne africaine?

Une start-up africaine est sur le point de faire son entrée sur la Bourse de Londres. Basée à Lagos au Nigéria, Interswitch est une FinTech spécialisée dans le paiement et les transactions. Elle est devenue la plateforme de référence pour les transactions bancaires pour les entreprises, mais aussi pour les administrations du pays.

Pour financer sa croissance, elle bénéficie du soutien du fonds de private equity Helios Investment Partners. Avec cette IPO sur le LSE, sur la base d'une valorisation à 1 milliard de dollars, Interswitch chercherait à élargir son portefeuille d'actionnaires et à mettre un pied à la City, indique TechCrunch.

Créée en 2002, la société n'exclut pas non plus la fusion avec une autre entreprise, selon les propos du fondateur et CEO Mitchell Elegbe. Ce dernier est régulièrement cité comme faisant partie des nouveaux hommes d'affaire influents du Nigeria et d'Afrique. Il n'a d'ailleurs jamais caché son ambition de conquérir l'international.

Dans un pays qui compte 173 millions d'habitants, la société revendique 32 millions d'utilisateurs. Elle vient d'ailleurs de lancer, en partenariat avec des compagnies d'assurance, deux nouvelles solutions permettant de payer directement sa police d'assurance ou de la renouveler. Elle a également développé une solution en ligne permettant de bloquer sa carte bancaire, en cas de fraude.

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Interswitch, la toute première licorne africaine?
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés