ActualitéComStartup du jour

La startup du jour : Instapix, plateforme d’achats-ventes d’impressions de photos Instagram

La startup vise un marché de « 150 millions d’Instagramer dans le monde »

[startupjour0]

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Instapix, une plateforme marseillaise permettant d’exposer et de vendre ses photos Instagram. Plus de détails avec Cédric Jouve, le fondateur.

FW : Comment avez-vous eu l’idée de votre société?

instapix

Cédric Jouve : Fervent « instagramer », j’ai pensé Instapix à partir d’une reflexion : comment prolonger l’expérience Instagram ? Deux sous-questions en découlaient : que faire de ses photos Instagram ? Comment valoriser la créativité des instagramers ?

J’avais ce projet en tête depuis deux ans, c’était une suite logique de mes activités en impression d’art et de mes sites de personnalisation, avec notamment votreportrait.fr et smartpop.me. Le développement technique a commencé en décembre 2012… et la version beta publique est sortie en novembre.

FW :  A quel besoin apportez-vous une réponse ?

  1. Visualiser son compte Instagram dans une interface agréable : afficher ses photos, ses likes, ses abonnés, naviguer d’abonnés en abonnés, et s’abonner, « liker » à son tour ;
  2. imprimer ses photos instagram sur des supports de qualité : mettre en lumière ses meilleurs instants, customiser à l’envie des produits funs (ex:  le stick&pix en forme de mini-polaroïd qui se transforme en stickers) ;
  3. exposer et vendre ses photos instagram : créer sa galerie online et toucher des fans. Pour chaque impression vendue, l’auteur reçoit 20% de commission ;
  4. acheter des impressions d’art : découvrir nos sélections thématiques et nos auteurs favoris, mixer les photos et s’offrir une déco sur-mesure.

Instapix se donne en particulier pour mission de promouvoir la créativité des Instagramers car ce réseau social bouillonne de talents. Les applications smartphone sont la chambre noire de la photo mobile : nous faisons de la post-production et élaborons un vrai regard. Toujours dans la poche, le téléphone donne un nouveau point de vue sur le monde. Et nous avions eu envie de montrer ce point de vue.

FW : Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent?

En vendant des impressions personnalisées. Nous avons développé dans notre atelier des produits d’impression à personnaliser. Ce sont plutôt des objets ou des concepts déco que des impressions. Imprimer les meilleures photos d’Instagram mérite des supports conçus dans cet esprit arty, qualitatif.

Nous proposons à nos clients les solutions d’impression que nous aurions envie de trouver pour nos propres photos. La cible est d’un côté les instagramers (150 millions dans le monde) et de l’autre les acheteurs de photos déco/art.

FW :  Qui sont vos compétiteurs ?

Notre concurrent le plus proche est une startup américaine : twenty20 (ex Instacanvas). Quelques points de différences avec nous : ils ne proposent pas la partie visualisation de son compte instagram, leurs produits d’impression ne nous ont pas convaincus (d’après nos tests), ils ont fait une levée de fond de 1,7 million de dollars durant l’été 2012 (on veut faire mieux avec beaucoup moins, challenge), ils sont dans la Silicon Valley… alors que nous sommes dans la « Silicon Provence ». Sur la partie impression pure, il existe des sites ciblés Instagram qui proposent des produits variés, la plupart sont à l’étranger.

instapix-site

FW :  A quoi ou à quelles sociétés vous compare-t-on par erreur?

D’un côté, les banques d’images de photos comme Fotolia : mais nous ne vendons pas les photos directement, nous les vendons uniquement imprimées, nous ne cédons pas les droits des auteurs.

De l’autre, les sites d’impression généralistes : ils n’ont pas l’intégration directe avec Instagram qui simplifie le process (instagram connect), les produits ne sont pas conçus dans l’esprit instagram, nous proposons toute une palette de services qui va plus loin que l’impression.. 

FW :  Quelle a été  l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

La première problématique a été de mettre en place une équipe projet autour de ce site sur-mesure (framework zend2) : trouver un bon développeur php coaché par un consultant technique et réaliser une interface graphique ergonomique avec l’aide d’une directrice artistique sénior.

Nous avons missionné un recruteur spécialisé et utilisé nos relations. Le projet devait être financé par des business angels mais finalement nous avons puisé dans la trésorerie de Pixtory pour démarrer plus vite. 

FW : Sur ce marché, quel est votre principal atout ? 

L’expertise en impression d’art. En effet, Instapix est le bébé de Pixtory qui est imprimeur au service des professionnels de l’art depuis 2003. Nous maîtrisons les problématiques de l’impression de qualité à l’unité, les questions de colorimétrie, la connaissance des supports et des fournisseurs, la fabrication artisanale. Cela nous permet à la fois de concevoir des produits originaux et de qualité, avec une grande souplesse.

L’atout corollaire est l’édition d’art, l’autre mamelle originelle de Pixtory. Avec instapix, nous retournons à nos premières amours : promouvoir la jeune création contemporaine.

FW : Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

Un business coach m’a fait cette métaphore un jour : « tu es le conducteur du bus : tu connais ta route, tu traces et parfois tu t’arrêtes pour faire monter des passagers ».

J’essaie d’appliquer ce principe dans ma start up : trouver des collaborateurs de talent car dans une petite entreprise, il n’y a qu’une personne par poste donc chacun doit être excellent dans son domaine. Avec cette logique : on doit tous aller dans la même direction, avec une même vision, un même challenge et les même valeurs.

FW : Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

Steve Jobs est mon maître, je sais ça peut paraître cliché. Déjà tout petit, je bidouillais en basic sur mon Apple II. J’ai toujours été sensible à la force des produits Apple, à l’esprit qui sous-tend leur conception : l’important n’est pas ce que la machine peut faire mais ce qu’on peut en faire, donc la logique tournée vers l’utilisateur, la dimension de plaisir et d’élégance aussi.

Je n’ai envie de proposer avec mon équipe de beaux produits photos, élaborés dans les règles de l’art, qui feront plaisir à nos clients.

[tabs]
[tab title= »Les données clés »]

Fondateur : Cédric Jouve

Investisseur : Pixtory

Date de lancement : novembre 2013

Nombre de salariés : 4

Chiffres d’affaires : 0

Société basée à : Marseille

[/tab]

[/tabs]

[startupjour1]

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This