ActualitéArts et CultureBusinessDesignPtich expressStart Me UpStartup

[Pitch’ Express] Pixopolitan : la place de marché des photographies d’art

Lancé officiellement en octobre dernier, Pixopolitan est un site spécialisé dans la vente de photographies d’art urbaines pour décorer son intérieur.

Imaginée par Romain Barbet et Paul-Henri Blaiset, la plateforme offre aux internautes la possibilité de décorer leur intérieur avec une photographie personnalisée de leur rue ou de leur quartier préféré, prise dans n’importe quelle ville du monde.

Si un utilisateur souhaite, par exemple, décorer son appartement avec une photographie de Rome, mais qu’il habite à Paris, il peut tout simplement lancer un « appel d’offres » via MyPixopolitan. Les photographes de la communauté de Rome se rendent sur place, prennent des clichés et les proposent sur le site. Si l’internaute est satisfait par l’une des photos, Pixopolitan l’imprime sur toile ou aluminium et dans le format désiré.

Le site met également en vente les photographies des grandes métropoles du monde prises par sa communauté. Les utilisateurs peuvent les consulter, ville par ville, quartier par quartier et commander une impression pour décorer leur intérieur. Au total, la plateforme recense 100 métropoles et propose une centaine de photographies par ville. Les prix oscillent, eux, de 80 à 350 euros.

Pixopolitan a récemment intégré la 3ème promotion de l’Accélérateur.

Pitch’ Express de Romain Barbet, co-fondateur :

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[Pitch’ Express] Pixopolitan : la place de marché des photographies d’art
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link