ActualitéAsieBusinessChineTechTransport

Xiaomi rêverait-il de produire sa propre voiture électrique ?

Le fantasme de la voiture de demain concerne tous les acteurs de l’innovation, y compris des sociétés du secteur internet et telecom. Le patron de Xiaomi, Lei Jun,  a lui-même déclaré en avril dernier vouloir produire un jour un véhicule électrique.

Le fabricant de smartphones chinois, qui s’est hissé très rapidement troisième plus gros vendeurs de smartphones dans le monde, s’intéresserait particulièrement à la voiture de nouvelle génération. Selon Sina Tech Reports, l’un des VP de Xiaomi, aurait rencontré Elon Musk le fondateur de Tesla, fabricant des voitures électriques installé près de San Francisco, qui a ouvert récemment ses brevets au marché.

La société chinoise travaillerait sur un produit d’un nouveau genre, et amène la presse à parier sur une voiture électrique. La rencontre avec Tesla marquerait-elle cette ambition de se lancer sur le marché automobile?

Oui, mais pas sûr. Oui parce que Xiaomi est positionné comme un «pure player» de l’innovation ( l’un de ses stratèges n’est autre qu’Hugo Barra, ex Google Android), et, par ailleurs, il n’y a aucune raison que l’entreprise ne se prive de diversification. Elle le fait déjà en prenant des participations dans des sociétés du cloud, des objets connectés, et de la VoD. De plus, la pollution de l’air est devenu un tel problème dans les grandes agglomérations, que les autorités chinoises ont été poussées à investir à Pékin 13 milliards d’euros dans la construction d’un parc électrique de bornes de recharge. En 2020, la Chine représentera +25% de parts de marché entre régions du monde pour le véhicule électrique. Autant dire que ce marché domestique représente un fort potentiel de développement pour Xiaomi.

Pas sûr. Car le marché est jonché de nombreuses barrières à l’entrée. Le gouvernement chinois encadre lui-même le marché de la voiture électrique, et impose la fabrication sur le territoire par des acteurs de l’automobile identifiés. Mais la donne pourrait changer, puisque la commission en charge du développement et de la réforme (NDRC) a assoupli les règles le mois dernier, elle autoriserait à terme l’entrée sur le marché d’acteurs extérieurs au marché de la voiture. Xiaomi pourrait, un jour, prendre part à l’aventure. Avec un partenariat Tesla ? Everything is possible…

Lire notre étude spéciale consacrée à la Chine

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Xiaomi rêverait-il de produire sa propre voiture électrique ?
[Made in océan Indien] Quelle est cette startup mauricienne qui veut digitaliser le secteur médical africain?
La stratégie du média Brut pour séduire les jeunes à l’international
Comment gérer les files d’attente avec le numérique?
FinTech: pourquoi Stripe s’allie à des banques traditionnelles comme Goldman Sachs et Citigroup
Face à la Chine, les États-Unis poursuivent leur révolution technologique militaire
covid
Cyberattaque: la chaîne logistique des vaccins contre le coronavirus prise pour cible, révèle IBM