ActualitéBusinessEuropeTech

A Montpellier, une colocation ultra-connectée pour comprendre l’appartement du futur

AFP

Pour une expérience scientifique, deux étudiantes montpelliéraines ont vécu pendant un an dans un appartement bardé de mouchards électroniques. Résultat: les occupantes ont peu à peu « oublié » cette surveillance et les flots de données qu’elle a générés. Sol connecté, capteurs de mouvement, de consommation d’énergie, de confort, de qualité de l’air ou de la présence d’ondes radios: pendant un an, la collecte des données de ces deux cobayes a été massive.

Le but de l’expérience, baptisée HUT (Human at home), est de « comprendre les usages, voir ce qui est utile, souhaitable et ce qui ne l’est pas humainement dans l’appartement du futur», a détaillé lors d’un premier bilan Alain Foucaran, directeur de l’Institut d’électronique et des systèmes de l’Université de Montpellier. Peu à peu, les occupantes ont oublié cette surveillance électronique. Mais leur entourage, lui, la leur rappelait fréquemment. Les deux étudiantes ont apprivoisé les lieux de façon différente. L’une a investi l’appartement « par défaut et par effet de contamination», l’autre a exploré plus en profondeur ses particularités avant d’y marquer son empreinte en procédant à une « nidification».

Croisement des données « quantitatives et qualitatives»

Toutes deux ont qualifié l’appartement de « chaleureux» et ont ressenti un bien-être psychologique tout au long de ces dix mois. Un imposant bouton rouge avait été placé dans l’appartement. En cas de besoin de tranquillité totale, les occupantes pouvaient choisir de l’actionner, provoquant l’arrêt immédiat de la récolte des données. Sur l’année universitaire, « jamais ce bouton n’a été actionné», a précisé Anne-Sophie Cases, professeur à l’université de Montpellier en charge de e-marketing et qui menait des entretiens avec les étudiantes tous les mois.

Les déplacements dans l’appartement ont montré que les deux résidentes utilisaient très régulièrement certains lieux de l’appartement et n’occupaient jamais d’autres parties des pièces. Ces données devraient permettre de réfléchir à des modifications de l’espace architectural plus approprié aux besoins quotidiens. Si les données récoltées sont brutes, elles sont mises en parallèle avec le ressenti des occupantes. Une application a été mise à leur disposition sur laquelle elles ont pu renseigner, à l’aide d’un curseur vert, orange ou rouge, l’état de leur bien-être.

« Dès lors qu’elle cliquait sur l’un des curseurs, toutes les données se figeaient afin que les chercheurs puissent cerner leur notion de confort. À un instant précis, quelles étaient les données de température, de qualité de l’air, de ses mouvements?», détaille Malo Depincé, membre du directoire du projet Human at Home (HUT) et maître de conférence à l’université de Montpellier. « Nous ne nous sommes pas contentés de collecter des données mais aussi de recueillir les témoignages et le ressenti des occupantes. Nous avons ensuite croisé les données quantitatives et qualitatives en menant des entretiens mensuels avec elles», explique M. Depincé.

« Un appartement du futur »

Enfin, les attentes des deux résidentes se sont révélées davantage tournées vers des services utilitaristes. « Les jeunes générations veulent un appartement du futur qui privilégie un quotidien facilité, une énergie maitrisée et économisée afin de se libérer du temps pour leur plaisir ou leurs loisirs», a-t-il constaté. A l’avenir, les chercheurs souhaitent passer d’un appartement à un immeuble connecté. Un biais « d’autocensure » a aussi été constaté. L’une d’elles s’est parfois empêchée d’inviter des personnes chez elle afin d’éviter d’expliquer le principe de son appartement.

Les chercheurs ont indiqué vouloir davantage accompagner et rassurer les futurs résidents. Validée par un comité d’éthique composé de chercheurs, notamment du CNRS, la protection des données produites par les occupantes a été, dès le début, renforcée et poussée au-delà de la réglementation française. Leurs noms n’ont pas été dévoilés. Le Projet HUT mobilise un investissement de cinq millions d’euros sur trois ans. Pour la deuxième année, le projet HUT 2 collectera de nouvelles données, notamment sur les postures des deux nouvelles occupantes, entrée mi-septembre dans le logement connecté.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
A Montpellier, une colocation ultra-connectée pour comprendre l’appartement du futur
FoodTech: quand des anciens d’Uber deviennent des rivaux de Travis Kalanick
IA : Enlitic lève 25 millions de dollars pour détecter plus rapidement les cancers
Ximalaya, le spécialiste chinois des podcasts qui pourrait peser 3,5 milliards de dollars
Entre Netflix et Disney, la bataille du streaming se jouera en Asie dès 2020
La valorisation de DoorDash atteint 13 milliards de dollars après une extension de sa série G
Comment la startup School Tech souhaite digitaliser les écoles supérieures
Copy link