ActualitéAmérique du nordBusinessTransport

Accusation de fraude: Elon Musk sauve les meubles

Sortie de crise plutôt réussie pour Elon Musk. Accusé de fraude par la Securities and Exchange Commission (SEC), l’emblématique patron de Tesla a trouvé un accord samedi 29 septembre qui lui permet de ne pas être complètement évincé de son entreprise.

Dans le cadre de cet accord, Elon Musk doit démissionner de son poste de président du conseil d’administration dans les 45 jours et payer une amende de 20 millions de dollars. Il conserve cependant un siège au sein du board et son poste de CEO. Il ne pourra solliciter de réélection ou accepter une nomination comme président pendant trois ans. L’accord prévoit la nomination d’un président indépendant.

« Elon Musk n’a pas à admettre ou à nier les allégations de la SEC »

D’une façon plus générale, les communications du milliardaire seront dorénavant étroitement surveillées. Ainsi, Tesla doit nommer au total deux nouveaux administrateurs indépendants à son conseil d’administration, établir un nouveau comité d’administrateurs indépendants et mettre en place des contrôles et des procédures supplémentaires pour superviser les communications d’Elon Musk. Côté financier, Elon Musk et Tesla paieront chacun une pénalité de 20 millions de dollars. « Les pénalités de 40 millions de dollars seront distribuées aux investisseurs lésés dans le cadre d’un processus approuvé par les tribunaux », précise la SEC dans un communiqué.

«L’ensemble des mesures correctives annoncées aujourd’hui est spécifiquement conçu pour remédier à la mauvaise conduite en renforçant la gouvernance et la surveillance de Tesla afin de protéger les investisseurs», a d’ailleurs déclaré Stephanie Avakian, co-directrice de la Division de la sécurité de la SEC. Pour rappel, le gendarme boursier américain reproche à Elon Musk d’avoir tweeté début août qu’il pouvait faire sortir Tesla de la Bourse au prix de 420 dollars par action et que le financement de la transaction avait été garanti. Or, selon la SEC les « tweets trompeurs » d’Elon Musk « ont ​​fait bondir de plus de 6 % le cours des actions de Tesla le 7 août et ont entraîné une perturbation significative du marché ».

À noter qu’Elon Musk n’a pas à admettre ou à nier les allégations de la SEC dans le cadre de l’accord. Au final, ce compromis permettra donc à Tesla de mieux contrôler les prises de parole de son CEO, tout en permettant à Elon Musk, et sa vision, de continuer à représenter l’entreprise. 

L’accord doit encore être soumis à l’approbation du tribunal de Manhattan.

Tags

Innocentia Agbe

Journaliste @FrenchWeb.fr et @LeJournaldesRHMerci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This