A la uneActualité

Actility rachète la start-up grenobloise Abeeway

Actility, la start-up spécialisée dans l'IoT qui vient de lever 70 millions d'euros, annonce le rachat d'Abeeway, une start-up grenobloise qui a élaboré un système de géolocalisation des objets. Le montant de cette acquisition de cette solution, qui doit s'intégrer dans l'écosysètme et la plateforme d'Actility, n'a pas été précisé. 

En janvier dernier, les deux sociétés avaient d'abord noué un partenariat pour la commercialisation d'une solution de géolocalisation reposant sur le réseau bas débit LoRa. «Nous créons une plateforme de géolocalisation IoT qui permettra une révolution dans le secteur de la logistique et de la supply chain. En fait, nous pensons que la géolocalisation et le tracking sont potentiellement l'application ultime pour l'ensemble de l’Internet des Objets», explique Mike Mulca, PDG d'Actility.

Abeeway est propriétaire d'une technologie permettant de localiser les objets et personnes, sans devoir recharger la batterie et sans limite de distance entre la balise et l’utilisateur. Concrètement, le produit se présente sous la forme d'une balise de 6cm, à attacher comme un porte-clés. Capable de s'allumer ou d'émettre un son, il permet d'établir différents points de géolocalisation pour une cible B2C mais aussi B2B. Ces petits objets ont «jusqu'à un an d'autonomie», précise les Grenoblois. En 2014, la société avait réalisé une première levée de fonds de 140 000 euros. 

Fondée en 2010 à Lannion, Actility est classée 91ème du FrenchWeb 500. Financée par  Bosch, Creadev (Famille Mulliez), Inmarsat, Idinvest, Bpifrance, Ginko Ventures, KPN, Orange Digital Ventures, Swisscom et Foxconn, l'ETI emploie 150 personnes. Les équipes d'Abeeway seront intégrées à ses effectifs.

Lire aussi : 

Bouton retour en haut de la page
Actility rachète la start-up grenobloise Abeeway
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs