ActualitéAgTechBusinessInvestissementsLes levées de fonds

AgTech: le Français Jungle lève 42 millions d’euros avec le soutien de Founders Future et Demeter Partners

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds

La jeune pousse française Jungle a annoncé lundi avoir levé 42 millions d’euros, par augmentation de capital et endettement, pour développer trois fermes verticales en France et y produire herbes aromatiques, salades, micro-pousses mais aussi fleurs pour la parfumerie. Dans les fermes verticales, les plantes, cultivées hors sol (hydroponie), poussent sur un substrat et reçoivent précisément l’eau et les nutriments dont elles ont besoin, sous un éclairage LED et dans un environnement climatique contrôlé. Les plateaux de culture sont disposés en hauteur sur plusieurs mètres de haut, d’où le terme d’agriculture verticale.

Créée en 2016 par Gilles Dreyfus et Nicolas Séguy, la société Jungle a commencé expérimentalement au Portugal avant de se lancer en France dans un hangar industriel situé à Château-Thierry (Aisne) et loué à Cofigeo (William Saurin). Elle a ainsi produit 50 000 plantes en 2020, et réalisé 70 000 euros de chiffre d’affaires. Son objectif est de parvenir à produire dix millions de végétaux en 2022.

Sur les 42 millions d’euros obtenus, la start-up en a levé 7 via l’émission d’actions souscrites par les fonds d’investissement Founders Future (Marc Menasé) Demeter Partners et ses investisseurs historiques notamment Alain Denin, PDG de Nexity, Serge Papin, ex-PDG de Système U et Christian de Labriffe, de Tikehau Capital. Cette somme va permettre aux deux associés « d’embaucher et de couvrir les coûts de fonctionnement de la société jusqu’à ce qu’elle devienne rentable », déclare à l’AFP Gilles Dreyfus, 38 ans. Les 35 millions d’euros de dette ont été obtenus auprès d’Atlante Gestion.

Nouvelles fermes verticales d’ici 2022

Actuellement, Jungle est opérationnel sur 200 m2 seulement sur le site de Château-Thierry mais il compte développer progressivement sa production sur un total de 5 500 m2 de surface productive. Les produits de cette ferme seront destinés à Paris et à l’est de la France. Une deuxième ferme verticale sera construite en 2022 dans l’ouest du pays et offrira 5 500 m2 de surfaces cultivables. Enfin une troisième ferme, plus grande, est planifiée dans le sud de la France à partir de la fin 2022. Parallèlement, Jungle travaille à assurer des débouchés pour ses produits.

« L’objectif est de signer des accords-cadre avec des enseignes de la grande distribution », explique Gilles Dreyfus. Jungle a ainsi signé en octobre 2020 un partenariat avec l’enseigne de magasins de centre-ville Monoprix. D’ici octobre prochain, ses herbes aromatiques et salades seront vendues dans 60 magasins. Six magasins parisiens proposent déjà les produits de la marque au rayon fruits et légumes. Jungle est également « en train de se diriger vers un partenariat avec Intermarché », a ajouté l’entrepreneur. Arguments de vente de Jungle: il entend offrir au consommateur une plante « vivante, sans pesticide, pleine de goût et produite localement ».

AFP

Bouton retour en haut de la page
AgTech: le Français Jungle lève 42 millions d’euros avec le soutien de Founders Future et Demeter Partners
NSO Group: le fabricant du logiciel d’espionnage controversé Pegasus ouvre une enquête
Les données des consommateurs, nouvelle mine d’or de la grande distribution depuis l’avènement de l’e-commerce
Cajoo
Quick commerce: pourquoi la livraison rapide à domicile peine à être rentable
[Livre Blanc] Comment surfer sur la vague du sales enablement ?
Après le boom de la pandémie, DocuSign s’effondre à la Bourse de Wall Street
Le Kremlin renforce sa mainmise sur l’Internet russe avec le rachat de VKontakte par Gazprom