Les dernières actualités de la tech

Amende de 1,2 million d’euros pour la biotech Visiomed et deux anciens dirigeants pour manipulation de marché

AFP

La Commission des sanctions du gendarme boursier français a infligé une amende de 1,2 million d’euros au total à la biotech Visiomed et deux de ses anciens dirigeants pour « manipulation de marché », a annoncé mercredi l’Autorité des marchés financiers dans un communiqué.

« Pour avoir diffusé des informations fausses ou trompeuses » susceptibles d’avoir gonflé le cours de l’action « à un niveau anormal ou artificiel », l’amende pour Visiomed est de 200.000 euros et celles des deux anciens dirigeants Éric Sebban et Olivier Hua respectivement de 650.000 et 350.000 euros.

Connaissez vous la DATAROOM de FRENCHWEB.FR notre base de données de startups et sociétés innovantes françaises: informations clés, fonds levées, chiffres d'affaires, organigramme, axes de développement. Accédez aux informations que nous avons collecté concernant plus de 1000 sociétés

Spécialisée dans les dispositifs de santé connectés, Visiomed a inventé le premier thermomètre médical à infrarouge sans contact. L’entreprise a été fondé en 2007 par M. Sebban, qui en était PDG jusqu’en juin 2018, avant de se retirer pour des raisons de santé.

Olivier Hua a été nommé à la tête du groupe à son départ et jusqu’au retour de M. Sebban en février 2019, qui a assuré à nouveau les fonctions de PDG pour cinq mois.

Visiomed a « diffusé à 13 reprises, entre octobre 2017 et mai 2019, des informations fausses ou trompeuses », notamment sur son chiffre d’affaires 2017 et le succès d’une offre commerciale de téléconsultation, a jugé la Commission des sanctions.

« Ces informations fausses ou trompeuses donnaient aux investisseurs une image du développement de Visiomed et de ses perspectives plus favorable qu’elle ne l’était réellement », détaille l’AMF dans un communiqué.

Ces communications « étaient susceptibles » de faire grimper le cours de l’action « à un niveau supérieur à ce qu’il aurait été en présence d’une information exacte et non trompeuse ».

Selon la Commission, « Visiomed savait ou aurait dû savoir que ces informations étaient fausses ou trompeuses ». Elle a également jugé que des manquements étaient imputables aux deux anciens dirigeants.

La société d’investissement Negma Group, qui a participé à des levées de fonds de Visiomed, écope d’une amende de 100.000 euros pour manquement « à ses obligations déclaratives ». La Commission a considéré que Negma n’avait pas déclaré certaines opérations sur les actions de Visiomed.

Les sanctions prononcées, qui peuvent faire l’objet d’un recours, sont, pour la société Visiomed, supérieures aux réquisitions du collège de l’AMF, qui avait demandé 100.000 euros. La réquisition était de 750.000 pour M. Sebban, de 500.000 euros pour M. Hua et de 200.000 euros pour Negma Group.

Lors de l’audience en octobre, Eric Sebban s’était dit « abattu » par le montant de la sanction demandée et avait concédé avoir pu « faire des erreurs » et ne pas avoir été « assez vigilant sur les gens qui [l]’entouraient ».

L’avocat de Visiomed avait pour part indiqué que la société « s’estimait trompée par les agissements de ses dirigeants ».

Suivez nous:
Connaissez vous la DATAROOM de FRENCHWEB.FR notre base de données de startups et sociétés innovantes françaises: informations clés, fonds levées, chiffres d'affaires, organigramme, axes de développement. Accédez aux informations que nous avons collecté concernant plus de 1000 sociétés
Bouton retour en haut de la page
Share This