ActualitéStartup

[Atelier numérique – BFM Business] La chronique start-up de Frenchweb #25 : The FactWatchers

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Connaissez-vous le fact-checking ? Cette méthode de vérifications des chiffres et faits cités dans les discours des politiques a été lancée aux USA en 2003, par des étudiants de l’Université de Pennsylvanie, via la plateforme Factcheck.org.

Le procédé a été ensuite repris lors de la campagne du Président Obama en 2007, et par le journal Libération plus tard, qui y consacre désormais une rubrique, Désintox, et mène sa contre-enquête des faits.

En France, c’est FactWatchers, une nouvelle plateforme de fact-checking qui est lancée par 6 personnes, dont un journaliste, la plupart sont passionnés de politique. Le concept repose sur la vérification des propos des candidats par les internautes ou experts lambdas, s’appuyant sur leurs connaissances de tel ou tel sujet. L’équipe procède à la modération des informations vérifiées : une URL vers un site crédible, une étude, un témoignage direct, et, à terme, un scoring des contributeurs notés sur la véracité de leurs sources.

[jwplayer mediaid= »59699″]

Se voulant le plus neutre possible, le site s’en tient à « améliorer le débat public », par des éléments factuels et des thématiques choisies pour leur pertinence. L’utilisateur peut aussi lancer une thématique, comme par exemple re-citer tel ou tel politique et demander la vérification par les internautes de ce qu’il (elle) avance.

FactWatchers, qui se lance en pleine campagne présidentielle, a l’ambition d’exister tout au long des futures échéances électorales et de prolonger l’expérience via des feed d’émissions live-tweetées. Le modèle économique s’oriente vers celui d’une association ou d’une ONG. L’équipe du site souhaite proposer à terme d’ouvrir son API et ses différentes catégories, et réfléchit à un partenariat avec des écoles de journalisme ou des portails de contenus .

2 commentaires

  1. Dans le même registre, mais en plus poussé, il y a le Véritomètre (http://itele.owni.fr/), des journalistes d’I Télé et Owni, qui vérifient absolument tout ce que disent les candidats à la présidentielles.

    A la moindre erreur (notamment les raccourcis), ils ne pardonnent pas. Un classement de la « crédibilité » des candidats est ensuite calculée.

    Marine Le Pen était bonne dernière avec Nicolas Sarkozy… héhé.

  2. Un grand merci à Frenchweb et Marion pour cette chronique!

    Petite(s) précision(s) : sur les 6 personnes composant notre équipe, il n’y a qu’un seul journaliste, et Factwatchers n’a pas vocation à trouver un modèle économique. Le modèle envisagé est celui d’une association / ONG !

    Je précise que compte tenu de ce modèle nous sommes ouverts à toutes les bonnes volontés. Si vous avez des suggestions pour améliorer la plateforme et si vous souhaitez contribuer à son développement, contactez nous :)

Bouton retour en haut de la page
[Atelier numérique – BFM Business] La chronique start-up de Frenchweb #25 : The FactWatchers
[DECODE Quantum] A la rencontre d’Anais Dreau, chargée de recherche CNRS en physique quantique
Dix ans après son entrée en Bourse, Facebook reste incontournable malgré l’image ternie
[Silicon Carne] Faire grandir la startup economy
Facebook, Amazon, Uber, Twitter… Pourquoi la Tech américaine recrute moins qu’avant ?
[Nominations] Similarweb, Serena, Ogury, LinkCy… les nominations de la semaine
La FinTech britannique Checkout rachète le Français Ubble
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media