ActualitéMedia

[Atelier numérique – BFM Business] La chronique start-up de Frenchweb #42: Gustave et Rosalie

On se souvient du succès de DailyCandy, ce site américain de bons plans qui a atteint les 3 millions d’utilisateurs, revendu à prix d’or en 2008. Un modèle qui a notamment inspiré Gustave et Rosalie, un webmagazine qui propose, via une newsletter hebdomadaire, une semaine spéciale pour découvrir Paris sous une forme originale : expos, restaurants, bars etc…

Très éditorialisé, le site fait intervenir deux personnages, Gustave et Rosalie, qui personnalisent à deux la cible du couple parisien branché et bobo. Une cible différente de MyLittleParis, Elle Était Une fois, ou Merci Alfred. Quid du business model ? Le sponsoring annonceur, pour qui le site va décliner des bannières ultra-personnalisées aux couleurs du site, et en lien avec la thématique de la semaine.

[dewplayer:http://frenchweb.fr/wp-content/uploads/2012/10/Gustave-Rosalie.mp3]

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Bravo Gustave & Rosalie !

    Nous sommes ravie, chez lebusinessplan.fr, du partenariat de la semaine qui nous a permis de mettre en avant de manière jolie et différentiante nos meilleurs bons plans pour les entrepreneurs.

    Merci !

  2. Bonjour,
    Je viens de recevoir à l’instant la nouvelle lettre de Gustave et Rosalie et vraiment ça n’est pas possible!
    Rien ne donne envie, l’illustration est monstrueuse, les jeux sponso par swartch (wtf!)
    Vraiment pas terrible, ça sent le site monte pour être revendu!
    Nul!!

Bouton retour en haut de la page
[Atelier numérique – BFM Business] La chronique start-up de Frenchweb #42: Gustave et Rosalie
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler
Instacart se sépare de 1 900 employés dont 10 travailleurs syndiqués