ActualitéBlockchain / CryptoBusinessEuropeFinTechInvestissementsLes levées de fondsStartup

Blockchain : Utocat lève 1,6 million d’euros pour prendre son envol en Europe

Le montant

La start-up lilloise Utocat, qui édite des logiciels blockchain spécialisés dans la numérisation des processus bancaires, a bouclé un tour de table de 1,6 million d’euros. Bpifrance, la MEL (Métropole européenne de Lille) et BNP Paribas ont participé à l’opération. La société avait reçu 500 000 euros en 2016 lors de sa levée d’amorçage.

Le marché

Fondée en 2014 par Clément Francomme, Utocat développe des solutions reposant sur la blockchain à destination du secteur bancaire et assurantiel. A ce jour, la société nordiste propose deux produits. Le premier, baptisé «Blockchainiz», est une plateforme d’accès à la blockchain permettant à ses clients de développer leurs propres applications basées sur cette technologie. Cette API vise à démocratiser l’utilisation de la blockchain auprès des acteurs de la banque et de l’assurance. Le géant français Axa s’est notamment appuyé sur cet outil pour créer Fizzy, un système d’assurance pour les retards d’avion reposant sur la blockchain publique Ethereum pour automatiser le processus d’indemnisation en cas de retard.

Quant au deuxième produit, baptisé «Catalizr», il s’agit d’une solution de gestion numérique de titres non-cotés qui s’adresse aux acteurs de la banque et de la finance. Cet outil permet de réaliser tout type d’opérations en non-coté (achat, vente, versement de dividende…) via des comptes bancaires spécifiques (PEA, PEA-PME, PERCO et PEE en France). La solution permet ainsi de constituer un marché secondaire pour les titres non-cotés en offrant aux investisseurs la possibilité de visualiser les offres d’achat et de vente ou d’exécuter leurs ordres. «En mettant à la disposition des banques une solution simple et sécurisée d’échange de titres, Utocat vise à créer les conditions nécessaires à l’essor du non-coté», assure l’entreprise qui a rejoint le programme d’accélération d’EuraTechnologies à Lille en 2015. La société nordiste entend en effet profiter de la croissance du crowdfunding, dont les offres ne cessent de se multiplier.

Les objectifs de la Start-upApple-converted-space »> 

Avec ce financement, Utocat prévoit d’accélérer son déploiement en France et de s’étendre à l’échelle européenne avec sa solution Catalizr. «Notre ambition est de devenir un acteur incontournable au niveau européen dans le domaine de l’investissement non-coté. Nous envisageons ainsi de conquérir de nouveaux marchés, notamment en Italie, au Portugal, en Pologne, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Estonie ou encore en Suisse», indique Clément Francomme, CEO d’Utocat.Apple-converted-space »> 

Pour organiser son expansion, la société a réparti les pays européens en trois groupes. «Le premier rassemble ceux avec un système similaire au modèle français en termes de produit d’épargne (Italie et Portugal) ; le second concerne ceux avec un fort potentiel administratif (Allemagne, Autriche, Pays-Bas, Suisse et Pologne) ; le dernier comprend l’Estonie, avec une forte culture du digital», détaille Utocat. En se basant sur ce découpage de l’Europe, l’entreprise se fixe pour objectif de déployer sa solution Catalizr dans un à trois pays d’ici deux ans. «Cette levée de fonds nous permettra également de renforcer nos équipes sur nos différents pôles d’expertise», complète Clément Francomme.

Utocat : les données clés

Fondateur : Clément Francomme
Création : 2014
Siège social : Lille
Activité : logiciels blockchain spécialisés dans la numérisation des processus bancaires
Financement : 1,6 million d’euros en octobre 2018

Bouton retour en haut de la page
Blockchain : Utocat lève 1,6 million d’euros pour prendre son envol en Europe
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés