ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fonds

Bnbsitter lève 400 000 euros et se rêve en Uber de la conciergerie

Le service de conciergerie des locations immobilières entre particuliers Bnbsitter a bouclé un premier tour de table, pour un montant de 400 000 euros. Les investisseurs sont le fonds d’investissement Fashion Capital Partners (FCP) et les business angels Laurent Benhamou (Viva Multimedia), Frédéric de Bourguet (Colocation.fr) Jean-Emmanuel Bourguet (Dior), Yohan Ruso (eBay) et Nicolas Santi-Weil (The Kooples).

« Notre concept, c’est un système de conciergerie qui fonctionne comme Uber. Vous demandez et quelques minutes après vous êtes en relation avec un professionnel qui vous fournit la prestation demandée. Avec cette levée de fonds, nous allons renforcer notre offre sur Paris et nous étendre dans deux autres grandes villes d’Europe occidentale » indique Biagio Tumino, COO et co-fondateur de Bnbsitter. Dans la capitale française, l’entreprise compte renforcer son offre dans le secteur de la location de luxe.

Lorsqu’un appartement est loué entre particuliers en ligne, Bnbsitter propose un service complémentaire de conciergerie, avec accueil des touristes, remise des clefs, service de ménage et blanchisserie. Elle se positionne sur le même marché que BnBCare. Dix mois après son lancement, la start-up revendique plus de 5 000 voyageurs accueillis. Co-fondée en juillet 2013 par Piero Cirpiano – actuel CEO de Bnbsitter – et Biagio Tumino, l’entreprise emploie huit collaborateurs.

Mathilde Hodouin

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Bnbsitter lève 400 000 euros et se rêve en Uber de la conciergerie
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés
Google
GAFAM: des résultats trimestriels à nouveau mirobolants malgré quelques nuages