ActualitéAmérique du nordInvestissementsLes levées de fonds

Comment une start-up américaine d’assurance auto a atteint une valorisation de 3,65 milliards de dollars

C’est l’histoire de Root Insurance. Basée à Columbus dans l’Ohio et née en 2015 sous l’impulsion de deux co-fondateurs, Alex Timm et Dan Manges, la start-up vient d’atteindre une valorisation de 3,65 milliards de dollars à la suite d’une levée de 350 millions de dollars menée par Coatue et DST Global. Mais comment a-t-elle fait?

La promesse de Root Insurance, c’est tout simplement de révolutionner l’assurance automobile estimée à 250 milliards de dollars outre-Atlantique: trop chère, opaque, injuste… les qualificatifs utilisés par les conducteurs pour décrire leur contrat est rarement positif. Pour y remédier, la start-up mise sur une solution 100% mobile et hyper-personnalisée.

Un test de conduite grâce à votre smartphone

Pour souscrire à Root Insurance, les conducteurs s’inscrivent en quelques clics en ligne et téléchargent l’application. Ils doivent ensuite passer un test de conduite basé sur les capteurs de leur smartphone sur lequel s’appuie la start-up pour leur envoyer un premier devis. Comment fonctionne-t-il? Le conducteur doit autoriser l’app à accéder au GPS et aux capteurs de mouvement du mobile (l’accéléromètre, le gyroscope et le magnétomètre). La jeune pousse américaine recueille et analyse ensuite ces données en utilisant le machine learning et l’IA. Elle analyse le freinage, les heures de conduite, la façon dont sont pris les virages et la fluidité de la conduite. Un test dure entre 2 et 3 semaines.

Crédit: Root Insurance.

En se basant sur toutes ces données, Root Insurance assure que son algorithme est également capable de déterminer si le smartphone a bien été placé côté conducteur. «Le mouvement de votre téléphone est différent lorsque vous êtes le conducteur que lorsque vous êtes un passager », explique la start-up. De la même façon, son logiciel peut détecter si vous prenez le bus, le train ou encore un vélo. «Si vous faites du vélo, la vitesse sera beaucoup plus lente, de même que les taux d’accélération et de décélération», illustre Root Insurance. «Les trains et les bus ont également des taux de courbure distincts. Et nous pouvons même fusionner les données que nous recevons de votre téléphone avec un ensemble de données d’itinéraires de train et de bus. Toutes ces données combinées nous permettent de connaître votre mode de transport».

Les mauvais conducteurs, interdits de souscrire

«La technologie de nos téléphones est finalement assez intelligente pour rendre l’assurance auto juste», est donc l’un des mantras de l’entreprise. Dans ses contrats, la conduite réelle de l’automobiliste compte à 35% pour déterminer son prix, tandis que selon la start-up, ce critère n’est pris en compte qu’à hauteur de 3% chez les assureurs classiques.

Les contrats de Root Insurance ont aussi la particularité d’évoluer en permanence, et pas qu’à la hausse. Tout au long de la vie du contrat, la start-up offre des réductions sur les différentes couvertures pour récompenser les bons conducteurs. Comment fait-elle? Dès la phase de test, elle refuse les « mauvais conducteurs ». «Quelques mauvais conducteurs représentent près de 45% de tous les coûts liés aux accidents. C’est un fait. Et cela fait monter les taux d’assurance. Les compagnies d’assurance ont besoin de leurs bons chauffeurs pour les aider à compenser les coûts qu’elles encourent », explique-t-elle. «Chez Root, les bons conducteurs ne paient jamais pour la mauvaise conduite des autres, car nous n’assurons pas les mauvais conducteurs. Cela signifie que nous pouvons offrir aux bons conducteurs des rabais encore plus importants ». Elle revendique une différence de prix pouvant aller jusqu’à – 52% par rapport à un contrat classique.

Présent dans 29 États américains

Si la méthode peut paraître discriminante pour certains conducteurs, Root Insurance a trouvé son public et poursuit son expansion. L’entreprise est aujourd’hui présente dans 29 États américains, ce qui selon elle représente 65% de la population américaine motorisée. Elle prévoit de s’étendre à l’ensemble du pays d’ici la fin 2019. Sur les six premiers mois de 2019, elle a enregistré pour 187 millions de dollars de contrats, en augmentation de 824% par rapport à la même période de 2018.  En janvier 2019, la start-up comptait 230 employés et prévoyait d’en embaucher 350 supplémentaires au cours de l’année.

Depuis sa création, elle a levé 523 millions millions de dollars et est également soutenue par Redpoint Ventures, Tiger Global Management, Drive Capital, Ribbit Capital, Scale Venture Partners. Avec ses fonds, la société prévoit de continuer à s’étendre.

Face aux assureurs traditionnels, d’autres start-up innovent dans le secteur à l’instar de l’Américain Metromile, qui grâce à un appareil que le conducteur branche sur son véhicule, ajuste les prix en fonction de la fréquence d’utilisation de la voiture et peut également automatiser une partie des constats en se basant sur les capteurs du véhicule. Elle a levé près de 300 millions de dollars depuis sa création en 2011.

On peut également citer le Suisse Kasko2go avec un fonctionnement proche de celui de Root Insurance en collectant des informations du smartphone une fois son app téléchargée pour proposer des contrats sur-mesure. Elle a fait son entrée sur le marché helvétique en avril 2019.

Root Insurance: les données clés

Fondateurs :  Alex Timm et Dan Manges
Création :
 2011
Siège social : Columbus, États-Unis
Secteur :
 assurance
Marché : assurance automobile
Concurrents: Assureurs traditionnels


Financement : Série E de 350 millions de dollars. 527,5 millions de dollars au total. Investisseurs: Redpoint Ventures, Tiger Global Management, Drive Capital, Ribbit Capital, Scale Venture Partners, Coatue et DST Global.

Tags

Innocentia Agbe

Journaliste @FrenchWeb.fr et @LeJournaldesRHMerci d'adresser vos communiqués de presse et informations à redaction.frenchweb@decode.media

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comment une start-up américaine d’assurance auto a atteint une valorisation de 3,65 milliards de dollars
[DECODE] Comment Peloton, à la porte de Wall Street, est devenu un géant des technologies sportives
D’Orsay à la Silicon Valley, la scale-up iValua entre dans le club des licornes françaises
Xiaomi : bientôt valorisé 45 milliards de dollars ?
Réservation de taxis : l’app chinoise Didi Dache lève 700 millions de dollars