ActualitéAmérique du nordBusinessCom

Conférence F8: Facebook veut imposer la réalité augmentée dans le quotidien de ses utilisateurs

Dans la continuité des nouveautés présentées par Mark Zuckerberg au premier jour de la conférence F8, Facebook a poursuivi sa série d’annonces à San José autour des nouvelles opportunités offertes par la caméra de votre smartphone, l’intelligence artificielle, la réalité augmentée et la réalité virtuelle. La firme de Menlo Park a également dévoilé ses trois grands piliers pour la prochaine décennie : la connectivité, l’intelligence artificielle et la réalité virtuelle. Ces derniers doivent permettre à Facebook de «développer des technologies donnant les moyens de construire une communauté globale». 

Deux nouveaux modèles pour la caméra Facebook Surround 360… et une surprise pour tous les participants de F8

Après avoir présenté l’application de réalité virtuelle «Facebook Spaces», désormais disponible en bêta sur Oculus Rift, Facebook a dévoilé deux nouveaux modèles pour sa caméra VR open source Surround 360. Ces nouvelles versions sont dotés d’une technologie permettant aux utilisateurs de se déplacer et d’expérimenter différentes prises de vue. Concrètement, l’utilisateur peut bouger sa tête et voir la scène sous différents angles, ce qui permet de décupler son sentiment d’immersion dans la réalité virtuelle. 

A San José, Facebook ne s’est pas contenté de lever le voile sur les dernières innovations de sa caméra à 360 degrés, la firme de Menlo Park a aussi fait un cadeau aux 4 400 personnes participant à sa conférence en Californie. Ainsi, Facebook a décidé de leur offrir des caméras Giroptic iO. La start-up lilloise, fondée en 2008 par Richard Ollier, a d’ailleurs profité de l’occasion pour annoncer la disponibilité de sa caméra à 360 degrés sur Android. 

Facebook veut réduire la frontière entre le réel et le virtuel 

Lors du premier jour de la conférence F8, Facebook avait présenté la «Camera Effect Platform», qui comprenait notamment l’outil «AR Studio». Celui-ci permet de créer des masques ou encore des cadres animés de réalité augmentée capables de réagir en temps réel aux mouvements et aux interactions issues des vidéos Live. Mark Zuckerberg avait même affirmé que «l’appareil photo était la première plateforme de réalité augmentée». 

Dans cette optique, Michael Abrash, Chief Scientist chez Oculus Research, est venu sur la scène pour partager sa vision d’une réalité augmentée «totale», c’est-à-dire capable d’améliorer «notre vision et notre audition en les rendant plus légères et confortables». A ses yeux, l’avenir s’écrira avec le développement de «l’informatique visuelle, qui englobe à la fois la réalité virtuelle et la réalité augmentée». La place croissante de la réalité augmentée se matérialisera dans le quotidien des utilisateurs par des lunettes transparentes «qui pourront afficher des images superposées sur le monde réel», à la manière d’un habitable de réalité augmentée d’une voiture connectée capable de détecter les piétons, les cyclistes et les autres véhicules pour optimiser la sécurité du conducteur et des passagers. 

Toutefois, avant d’arriver à de telles avancées, Michael Abrash estime qu’il reste un long chemin à parcourir, notamment dans les sciences et le graphisme. Il est néanmoins convaincu que la réalité augmentée pourra «révolutionner notre manière de travailler, de jouer et d’interagir avec les autres».

Connecter le clavier au cerveau des utilisateurs 

Dans sa quête pour optimiser l’expérience de ses utilisateurs, Facebook veut leur simplifier la tâche pour écrire sur le réseau social. La firme américaine travaille ainsi sur un système qui permettra aux utilisateurs de taper sur le clavier via leur cerveau. Concrètement, l’objectif de Facebook est de développer un système de discours silencieux «capable de taper 100 mots par minute et directement commandé par le cerveau». Selon le réseau social, «c’est cinq fois plus rapide que ce que vous tapez aujourd’hui sur votre smartphone». Toutefois, Facebook veut se montrer rassurant quant aux dérives possibles avec un tel dispositif. L’entreprise de Mark Zuckerberg assure ainsi qu’il n’est pas question de décoder les pensées des utilisateurs. 

Plus d’intelligence artificielle pour traiter les photos et les vidéos

Facebook ne mise pas seulement sur l’intelligence artificielle pour aider les marques à communiquer avec leurs clients via les chatbots ou pour connecter le cerveau de ses utilisateurs à leur clavier. Pour proposer de meilleures expériences visuelles à ses utilisateurs, la firme californienne a décidé d’accélérer en donnant accès en open-source à Caffe2, un framework qui permet de développer et d’exécuter des algorithmes basés sur l’intelligence artificielle sur téléphone. 

Outre l’affichage de ses contenus, Facebook estime que l’intelligence artificielle est primordiale pour développer de nouveaux types d’appareils photo et améliorer l’expérience des utilisateurs sur Facebook, Instagram et Messenger. L’entreprise américaine explique qu’un appareil photo doté de l’intelligence artificielle est capable de reconnaître l’environnement autour de l’utilisateur, des personnes, des lieux ou encore des objets.

Lire aussi :

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Close
Share This