ActualitéStartup

[Consommation collaborative] Une dizaine de startups lancent le « COtuesday »

Face à la crise, la consommation collaborative connaît depuis plusieurs mois un véritable boom. Une batterie de startups françaises s’est d’ailleurs taillée une belle part de marché sur ce nouveau créneau, à l’image, par exemple, du site Covoiturage qui a récemment bouclé une levée de 7,5M €.

Fort de cet engouement pour une consommation basée sur le partage, plusieurs jeunes pousses du secteur se sont réunies pour créer une événement récurrent : les COtuesday, dont la première édition aura lieu le 10 avril prochain.

Organisé un mardi par mois, l’événement a pour objectif de permettre à tous les curieux de rencontrer d’autres amateurs qui souhaitent partager leurs expériences de la consommation collaborative. Tous les participants pourront également questionner en toute liberté les fondateurs et community managers de ces entreprises innovantes : GuestToGuest, Colunching, Pretachanger.fr, Covoiturage.fr, CityzenCar, Mutinerie et Neo-nomade.

Pour les novices, COtuesday constitue le lieu idéal pour en apprendre davantage sur ces pratiques nouvelle génération, pour trouver réponses à toutes leurs interrogations, ou encore pour rencontrer des utilisateurs chevronnés… Le tout dans une ambiance décontractée !

Rendez-vous donc mardi prochain à partir de 19h au Freedom, 8 rue de Berri dans le 8ème arrondissement.

Informations détaillées et inscriptions gratuites sur la page officielle. 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
[Consommation collaborative] Une dizaine de startups lancent le « COtuesday »
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés