ActualitéBusinessCarTechTransport

Cyberattaque: Honda contraint de mettre plusieurs usines à l’arrêt

AFP

Les usines de deux-roues du japonais Honda étaient toujours à l’arrêt en Inde et au Brésil mercredi, en raison d’une récente cyberattaque ayant perturbé son réseau mondial de production, a déclaré le constructeur automobile à l’AFP. Toutes les usines du groupe aux Etats-Unis ont redémarré, ainsi que son site de production en Turquie depuis ce mercredi, selon une porte-parole de Honda interrogée par l’AFP. Au total, 11 usines du groupe ont été affectées par cette attaque survenue en début de semaine, dont cinq sites aux Etats-Unis, selon des médias japonais. L’impact financier de ces interruptions devrait être limité, a assuré la porte-parole.

Comme tous les autres constructeurs automobiles, Honda a été durement touché par la crise du coronavirus, qui l’avait forcé à mettre à l’arrêt une grande partie de son appareil productif mondial ces derniers mois. Le groupe a accusé une chute de plus de 25% de son bénéfice net sur son exercice annuel écoulé 2019/20 clos au 31 mars, avec un déclin de 6% de ses ventes mondiales. Il n’a pas livré de prévisions de résultats pour 2020/21 pour le moment, devant le manque de visibilité face à l’évolution de la pandémie, se bornant à reconnaître que le contexte était « très sévère » pour ses opérations.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Cyberattaque: Honda contraint de mettre plusieurs usines à l’arrêt
D’Alibaba à Huawei, la Tech chinoise se bouscule sur le marché florissant de la voiture électrique
Quels outils pour faciliter le travail des développeurs?
Trottinettes électriques: la startup franco-néerlandaise Dott lève 70 millions d’euros auprès de Sofina
Covid-19: le passe sanitaire français pourrait préfigurer le dispositif européen
Microsoft lance Xbox Cloud Gaming sur les appareils d’Apple et PC
Comment Facebook veut surfer sur la popularité de l’audio, entre podcasts et « salons de conversations »