ActualitéBusinessCarTechTransport

Cyberattaque: Honda contraint de mettre plusieurs usines à l’arrêt

AFP

Les usines de deux-roues du japonais Honda étaient toujours à l’arrêt en Inde et au Brésil mercredi, en raison d’une récente cyberattaque ayant perturbé son réseau mondial de production, a déclaré le constructeur automobile à l’AFP. Toutes les usines du groupe aux Etats-Unis ont redémarré, ainsi que son site de production en Turquie depuis ce mercredi, selon une porte-parole de Honda interrogée par l’AFP. Au total, 11 usines du groupe ont été affectées par cette attaque survenue en début de semaine, dont cinq sites aux Etats-Unis, selon des médias japonais. L’impact financier de ces interruptions devrait être limité, a assuré la porte-parole.

Comme tous les autres constructeurs automobiles, Honda a été durement touché par la crise du coronavirus, qui l’avait forcé à mettre à l’arrêt une grande partie de son appareil productif mondial ces derniers mois. Le groupe a accusé une chute de plus de 25% de son bénéfice net sur son exercice annuel écoulé 2019/20 clos au 31 mars, avec un déclin de 6% de ses ventes mondiales. Il n’a pas livré de prévisions de résultats pour 2020/21 pour le moment, devant le manque de visibilité face à l’évolution de la pandémie, se bornant à reconnaître que le contexte était « très sévère » pour ses opérations.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Cyberattaque: Honda contraint de mettre plusieurs usines à l’arrêt
Huawei: en Alsace, l’ouverture de sa première usine hors de Chine se précise
Comment Twitter veut permettre à ses utilisateurs de monétiser leurs contenus
Téléphonie d’entreprise : Ringover lève 10 millions d’euros auprès d’Expedition Capital
Valorisé à près d’un milliard de dollars, le réseau social Clubhouse passe à la vitesse supérieure
Portée par sa « stratégie de diversification », Apple devient la marque la plus valorisée au monde
YouStock lève 2,3 millions d’euros auprès de First Risk Capital et Bpifrance