ActualitéBusinessCarTechTransport

Cyberattaque: Honda contraint de mettre plusieurs usines à l’arrêt

AFP

Les usines de deux-roues du japonais Honda étaient toujours à l’arrêt en Inde et au Brésil mercredi, en raison d’une récente cyberattaque ayant perturbé son réseau mondial de production, a déclaré le constructeur automobile à l’AFP. Toutes les usines du groupe aux Etats-Unis ont redémarré, ainsi que son site de production en Turquie depuis ce mercredi, selon une porte-parole de Honda interrogée par l’AFP. Au total, 11 usines du groupe ont été affectées par cette attaque survenue en début de semaine, dont cinq sites aux Etats-Unis, selon des médias japonais. L’impact financier de ces interruptions devrait être limité, a assuré la porte-parole.

Comme tous les autres constructeurs automobiles, Honda a été durement touché par la crise du coronavirus, qui l’avait forcé à mettre à l’arrêt une grande partie de son appareil productif mondial ces derniers mois. Le groupe a accusé une chute de plus de 25% de son bénéfice net sur son exercice annuel écoulé 2019/20 clos au 31 mars, avec un déclin de 6% de ses ventes mondiales. Il n’a pas livré de prévisions de résultats pour 2020/21 pour le moment, devant le manque de visibilité face à l’évolution de la pandémie, se bornant à reconnaître que le contexte était « très sévère » pour ses opérations.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Cyberattaque: Honda contraint de mettre plusieurs usines à l’arrêt
« Métaverse », l’univers parallèle qui fait rêver les géants de la Tech
Akka Technologies
Adecco rachète le Français Akka Technologies, valorisé à 2 milliards d’euros, pour créer un géant du numérique
spotify
Résultats trimestriels: Spotify réduit ses pertes et grimpe à 165 millions d’utilisateurs payants
google
Alphabet (Google) dépasse les attentes du marché avec un bénéfice net de 18,5 milliards de dollars
Tiré par les ventes d’iPhones, Apple a presque doublé son bénéfice net trimestriel
Bubble lève 100 millions de dollars pour sa plateforme no-code