A la uneActualitéAsieAsie

Daraz, une première levée de fonds de 55 millions de dollars

Le montant

Le site e-commerce Daraz, l’une des pépites de la société Rocket Internet, a annoncé une levée de fonds de 55 millions de dollars (50 millions d’euros), pour sa toute première levée de fonds. Cette série A a été bouclé auprès de l’institution financière CDC Group, rattachée au gouvernement britannique, et de Asia Pacific Internent Group (APACIG), filiale de Rocket Internet.

Le marché

Daraz est un site e-commerce généraliste, un clone du géant Amazon néanmoins concentré sur la mode et les produits de grande consommation. Il revendique un catalogue de 360 produits. Il est présent au Pakistan, au Bangladesh et en Brimanie. «Même si la pénétration internet est relativement faible, le marché se développe rapidement et son potentiel est immense», a confié Bjarke Mikkelsen, CEO de Daraz. En 2014, il présentait un rythme de 1 000 livraisons par jour, essentiellement au Pakistan. Et sur 300 commandes par jour, 30% provenaient de zones rurales.

Les objectifs de la Start-up

Fidèle à la stratégie de croissance organique voulue par Rocket Internet, Daraz veut croître en Asie et conquérir de nouveaux marchés.

Le business modell de Daraz :

Fondateur : Rocket Internet

Date de création : juillet 2012

Siège : Karachi, Pakistan

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Daraz, une première levée de fonds de 55 millions de dollars
Face à Starlink, OneWeb lève 400 millions de dollars auprès de SoftBank et Hughes
[Webinar] Accès aux services digitaux & identité digitale : comment répondre aux attentes de vos clients ?
CES: Drones désinfectants, masques intelligents… quelles sont les dernières innovations anti-Covid?
Streamland Media rachète les activités post-production de Technicolor pour 30 millions d’euros
Microsoft
Covid-19: Microsoft, Salesforce et Oracle travaillent sur un passeport de vaccination
Robots logistiques: pourquoi Scallog se lance aux Etats-Unis