ActualitéBusinessMarketing & Communication

Dassault Systèmes rachète Netvibes

Dassault Systèmes, spécialiste des logiciels de création 3D, a annoncé ce matin avoir mis la main sur Netvibes, dashboard axé sur la veille des médias sociaux en temps réel. Le montant de la transaction serait de 20 M€ selon Pierre Chappaz, investisseur historique et ex « co-CEO » de Netvibes.

Par cette acquisition, Dassault Systèmes compte enrichir sa Plateforme 3D Experience. Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes : « Netvibes est un complément parfait de notre plate-forme 3D Experience. Elle connectera les informations concernant toutes les expériences relatives aux produits et aux services à partir de sources de données internes et externes, le tout en temps réel et de façon contextuelle, en vue d’assurer une meilleure expérience, plus riche et propice à la prise de décisions pertinentes. » 

Fondée en 2005, Netvibes permet de créer des tableaux de bord personnalisés pour la veille en temps réel, l’analytique social, le partage des connaissances et l’aide à la décision. La société compte parmi ses clients : Coca-Cola, Digitas, McCann ou encore le Département américain de l’Energie. Netvibes revendique 4 M d’utilisateurs individuels de son dashboard au quotidien.

Parallèlement, Dassault Systèmes a fait état ce matin d’un CA et de résultats annuels record. En effet, en 2011, le groupe aurait enregistré un CA de 1,7 milliards €, en hausse de 14%. Sa marge opérationnelle aurait pour sa part atteint 30,4%.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Dassault Systèmes rachète Netvibes
Comment Diggers Factory aide les artistes à capitaliser sur le renouveau du vinyle
10 pistes pour accélérer la transformation de la fonction RH
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale