ActualitéBusinessRetail & eCommerce

Déjà présent au NYSE, Alibaba souhaiterait aussi être coté en Chine

Le géant chinois Alibaba serait en train de travailler sur un projet d’introduction en Bourse dans son pays d’origine selon une information obtenue par le Wall Street Journal.

Rien n’est encore fait. En effet, l’entreprise spécialisée dans le e-commerce est déjà présente sur le New York Stock Exchange depuis 2014. La société dirigée par l’iconique Jack Ma a donc expliqué qu’une seconde introduction en Bourse pourrait être envisagée dès cet été, si les règles en vigueur en Chine sont modifiées pour autoriser les IPO des sociétés chinoises déjà cotées à l’étranger.

Réitérer un exploit ?

Cette communication d’Alibaba ne tombe pas au hasard. L’information selon laquelle la Chine pourrait donner la possibilité à ses géants de la Tech cotés à l’étranger de pouvoir également échanger leurs titres sur le continent a commencé a circulé au début du mois de mars.

Les autres géants chinois suivront-ils le pas ? Le moteur de recherche Baidu, le numéro deux du e-commerce dans le pays JD.com, ou encore Tencent Holdings, spécialisé dans les services Internet et mobiles sont concernés.

À l’époque, l’introduction d’Alibaba sur le New York Stock Exchange avait été historique. Le prix par action de la société créée en 1999 s’était alors établi dans une fourchette comprise entre 66 et 68 dollars.

 

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Déjà présent au NYSE, Alibaba souhaiterait aussi être coté en Chine
Portée par sa « stratégie de diversification », Apple devient la marque la plus valorisée au monde
YouStock lève 2,3 millions d’euros auprès de First Risk Capital et Bpifrance
Twitter lance Birdwatch pour que ses utilisateurs luttent eux-mêmes contre la désinformation
[NEXT40] Crédit à la consommation: comment Younited Credit « challenge » les acteurs traditionnels
Après avoir racheté Postmates, Uber licencie 15% des effectifs dont le fondateur de la startup
Le groupe SEB mise sur la startup de contenus culinaires Chefclub pour accélérer dans le digital