Actualité

[Digital food] Le menu des tendances (3/3)

Après les émissions de télévision dédiées et les magazines spécialisés, la cuisine s’est aujourd’hui emparée du web et de ses outils. Sites, blogs, tutoriels, e-commerce, la nourriture est partout et crée de nouvelles tendances et de nouveaux marchés.

Lors d’un atelier organisé par Frenchweb, Cédric Giorgi, co-fondateur de Cookening, a fait le point sur les dernières tendances de la cuisine sur Internet. FrenchWeb a sélectionné 6 d’entre-elles, qui tendront à s’intensifier en 2013:

5- Les eat-box

Après le succès des box beauté, c’est au tour des food box d’inonder le web, chacune avec un concept bien à elle. FlavrBox (GB), LoveWithFood (US), Gastronomiz, Gourmibox, Kitchen Trotter et d’autres sont déjà bien implantées sur le marché et livrent, chaque mois, 6 à 8 produits et ustensiles de cuisine à leurs abonnés.

Le concept est simple: après s’être abonné sur internet, le « foodista » reçoit chaque mois une box dont le contenu lui est inconnu à l’avance : produits, fiches cuisine, conseils, ustensiles, le tout respectant un thème choisi par le site.

Les food box s’adressent à tous, mais ciblent en particulier les femmes. Ces premières ont l’avantage de fonctionner sur abonnement mais d’être résiliables à tout moment. Pour certaines box, le prix est dégressif si l’on choisit de s’engager pour une durée minimum (6 mois, 12 mois…).

Parmi toutes ces offres, on retrouve Eat Your Box. Lancée en juillet 2012 par trois jeunes entrepreneuses dont la blogueuse culinaire de FashionCooking, en partenariat avec L’atelier des Chefs, la start-up à pour ambition de proposer, pour 20€ par mois, des produits d’épicerie fine réellement haut-de-gamme et innovants.

Chaque produit est sélectionné par Eat your Box, puis goûté et validé par L’atelier des Chefs qui crée ensuite une recette unique à partir de chaque produit. Celle-ci sera intégrée à la box pour permettre aux abonnés de la reproduire avec les ingrédients envoyés.

EatYourBox propose également un espace « épicerie » sur son site, qui permet à ses abonnés d’acheter les produits des box des mois précédents, ainsi qu’un onglet « Boutique cadeaux » rassemblant plusieurs lots (Guide GaultMillau, cours de Cuisine à L’atelier des Chefs, produits électro ménager, dîners dans des grands restaurants…) que les utilisateurs peuvent gagner en jouant à des jeux-concours.

Le business model du service Eat Your Box repose bien évidement sur les abonnements et sur la boutique en ligne, ainsi que sur la négociation des prix des produits avec les fournisseurs.

Eat Your Box commence à se développer à l’étranger et livre désormais en Suisse, en Belgique, au Luxembourg et aux Dom-Tom. Elle prévoierait une levée de fonds au mois de janvier pour financer son développement. Enfin, elle table sur près de 20 000 abonnés dans un an.

6- Les datas alimentaires

Constatant que les étiquettes de produits alimentaires sont la plupart du temps incompréhensibles ou incomplètes, des startups ont décidé de décoder les informations  des produits du monde entier pour faciliter la compréhension des consommateurs.

C’est le cas de ClearKarma, The Eatery, MesGouts ou encore OpenFoodFacts. Cette dernière, lancée en mai 2012 par Stéphane Gigandet, a pour ambition de contribuer à l’amélioration de l’alimentation des consommateurs en créant une base de données fiable sur les produits alimentaires du monde entier.

Les internautes collaborent au projet en y ajoutant eux-mêmes des informations sur les produits (ingrédients, données nutritionnelles,…) et en décryptant les nombreux composants. L’objectif est ici de pousser les internautes à mieux comprendre les étiquettes et à éviter la nocivité des graisses, des additifs, ou encore des allergènes. Le site offre également la possibilité de comparer les produits référencés entre eux, permettant à l’internaute de trouver des produits similaires mais plus sains que ceux qu’il consomme d’habitude.

Les données sont ouvertes à tous, pour tout usage y compris commercial. Les internautes, les associations, les entreprises et autres peuvent les utiliser pour créer des sites, des services, des applications ou des études.

Le site recense aujourd’hui près de 2500 produits et des versions dans d’autres langues sont en cours d’élaboration. Open Food facts est également disponible via une application Android qui permet de scanner le code-barre des produits directement depuis son smartphone. Une application iOS serait en préparation.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “[Digital food] Le menu des tendances (3/3)”

  1. Eat your box? A éviter de toute urgence!!
    Très mauvaise expérience avec le SAV, échange compliqué, pas de numéro de téléphone et surtout aucune de proactivité de leur part…

    Il y a d’autres box sur le marché alors mieux vaut aller voir ailleurs!!
    NG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This