ManagementMichel de Guilhermier

Due Diligence Humaine (bis) !

Je recevais hier matin le mail suivant :

"Sur votre blog, j'ai trouvé un article intéressant du 12 octobre 2007 intitulé "Un Principe Fondamental : la Due Diligence Humaine !". Pour aller plus loin, je me suis posé une question :…/…Face aux nombreux business angels potentiels, le porteur de projet cherche les différences qui détermineront son choix des business angels. N'est-il pas "incorrect", "mal vu", "hautain", "déplacé" de demander le CV aux business angels ?

 


J'attends avec curiosité votre réponse, et je vous remercie d'avoir lu ce mail.
.."

Et ma réponse en conséquence :

Et bien non, il n'y a de bonnes affaires que d'hommes, que ce soit des collaborateurs, des investisseurs ou des partenaires divers, et s'enquérir de leur intégrité et de leurs qualités est nécessaire et même indispensable.

You don't ask, you don't get !

Donc, non, il n'y a aucune raison à ne pas chercher à en savoir plus sur vos investisseurs potentiels, une fois qu'ils sont dans le capital, vous êtes liés, autant ne pas vous engager à la légère. Expliquer clairement, courtoisement mais fermement, que que vous souhaitez en savoir plus avant de convoler.

Demandez donc des références (plusieurs), et interrogez ces références de façon candide mais approfondie !

J'avoue que j'aurais moi-même évité un certains nombres de problèmes si j'avais fait cela de façon systématique et approfondie !

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Due Diligence Humaine (bis) !
[We Love Entrepreneurs] Catherine Barba: «J’ai répondu à l’angoisse par l’action»
Comment Thiga aide les entreprises à grandir en product management
Dérives du management: les managers manquent-ils de courage?
RGPD, Recrutement et RH compatibles ? Comment être conforme ?
Non, la technologie n’aide pas à gérer son temps
Start-up : L’architecture du cool