ActualitéBusinessJeux VideoTech

E-sport: après le confinement, le cyclisme virtuel tente de faire perdurer l’engouement

AFP

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Chacun chez soi, en selle sur un home-trainer connecté à une tablette, les coureurs font avancer leur avatar sur des routes virtuelles, mais fournissent des efforts bien réels. Déjà pratiqué à l’entraînement par les pros depuis des années, le cyclisme en ligne a connu une ruée de pratiquants ces dernières semaines, confinement oblige, et espère désormais faire perdurer cet engouement. A défaut de pouvoir se dérouler sur route, le Tour de Suisse a ainsi migré vers le online récemment, avec Julian Alaphilippe, Vincenzo Nibali ou Romain Bardet sur la ligne de départ. Greg Van Avermaet est lui devenu le premier vainqueur du Tour des Flandres virtuel en pédalant dans son salon.

En juillet, c’est le Tour de France qui doit s’élancer pour une version virtuelle sur la plateforme Zwift, la principale application de simulation de course cycliste. Si les détails de la course n’ont pas encore été annoncés officiellement, le site Cyclingnews révèle que la course, ouverte aux hommes et aux femmes, comptera six étapes d’une vingtaine de kilomètres réparties sur trois week-ends, dans un décor de jeu vidéo passant par Nice, le Mont Ventoux et les Champs-Elysées.

Au départ de la course, on retrouvera plusieurs membres du « Punchers club », l’une des premières équipes du genre. « Avec le coronavirus, tout le monde s’est tourné vers le vélo en ligne », explique à l’AFP Puck Moonen, cycliste professionnelle néerlandaise de 24 ans, qui a rejoint récemment le club français.

Sensations identiques

« Je me suis toujours entraînée sur Zwift, surtout l’hiver car l’hiver aux Pays-Bas n’est vraiment pas bon. Puis des courses en ligne se sont organisées, donc ça m’a paru logique d’y participer », ajoute-t-elle. Porté par des technologies de plus en plus réalistes, le secteur, à mi-chemin entre esport et cyclisme traditionnel, rencontre un succès grandissant. Les différentes applications présentes sur le marché permettent de simuler les routes, dénivelé compris, et de reproduire fidèlement le parcours des courses. « Les sensations sont les mêmes », estime Rod Reynolds, co-fondateur du « Punchers club ». « Tout est très bien reproduit. Quand on arrive dans une côte, la résistance augmente. Quand on traverse un secteur pavé, le vélo tremble. C’est très réaliste. » 

Principale limite: le phénomène d’aspiration, élément-clé du cyclisme sur route, n’est pas encore tout à fait au point. « Dans un peloton, honnêtement on peut être à 40km/h et presque pas pédaler. Sur Zwift, si tu ne pédales pas, tu t’arrêtes », décrit Nicolas Fritsch, ancien coureur pro de la FDJ qui compte deux « vrais » Tours de France à son actif (2003 et 2005). « Mais à la limite, c’est plus dur », ajoute-t-il.

Championnats du monde 

Pour l’instant, la discipline n’a rien d’officiel: pas de circuit reconnu ni de fédération, mais les différents acteurs espèrent développer le créneau auprès d’un nouveau public en jouant sur ses atouts: court mais intense, ludique et moins dangereux que le vélo en extérieur. « On en est vraiment au tout début de la discipline, c’est en train de se structurer », analyse Carine Arasa, également co-fondatrice du « Punchers club ». « Le milieu de l’esport est en pleine expansion et le virtuel peut permettre de toucher une nouvelle génération. Le cyclisme traditionnel peut paraître un peu vieillot donc ça modernise un peu l’image du vélo. » 

Les instances du cyclisme l’ont bien compris puisque l’Union cycliste internationale a annoncé à l’automne dernier la création en 2020 des premiers championnats du monde de cyclisme esport, en collaboration avec Zwift. Au point de faire du vélo à domicile une discipline compétitive à part entière et non un simple palliatif aux courses réelles? « Je n’ai pas envie que ça remplace le vélo traditionnel », déclare Nicolas Fritsch. « Mais c’est un super complément. Je pense qu’à l’avenir, ce sera une des facettes du vélo, comme il existe la route, la piste, le cyclo-cross, le VTT ou le BMX », dit-il.

Bouton retour en haut de la page
Zwift
E-sport: après le confinement, le cyclisme virtuel tente de faire perdurer l’engouement
Web3 : Comment The Sandbox a attiré plus de 300 marques dans son métavers
Guerre des talents, Skill gap, Grande Démission… Comment répondre aux nouveaux enjeux RH des entreprises?
[Nominations] Capgemini, Teads, Linxo… Les nominations de la semaine
[Série A] Electra lève 160 millions d’euros pour déployer plus de 8 000 points de recharge d’ici 2030
[Série A] Cybersécurité : a16z mise sur l’AssurTech Stoïk pour son second investissement en France
Quelle est la recette de DL Software pour réussir sa stratégie de Build Up?

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media