ActualitéAsieAsieBusinessTechTransport

En Chine, Didi Chuxing cherche à lever 6 milliards de dollars pour financer la voiture autonome

  • Cette opération viendrait s’ajouter aux 7,44 milliards de dollars levés par l’entreprise pékinoise depuis sa création en 2012.
     
  • Pour éviter une dilution de leurs parts dans Didi Chuxing, Apple et Tencent envisagent de se joindre à cette levée de fonds.
     
  • Cet investissement de 6 milliards de dollars pourrait permettre à Didi Chuxing d’accélérer sur le marché de la voiture autonome.

 

Didi Chuxing veut donner encore un peu plus d’épaisseur à sa domination en Chine. La société chinoise, qui développe un service de réservation de taxis et de VTC en Chine, est en train d’étudier la possibilité de lever 6 milliards de dollars, selon une information rapportée par Bloomberg. Cette opération viendrait s’ajouter aux 7,44 milliards de dollars levés par l’entreprise pékinoise depuis sa création en 2012.

Pour ce tour de table colossal, Didi Chuxing pourrait faire appel à SoftBank. Toutefois, il n’est pas précisé si l’argent proviendrait du géant japonais lui-même ou de son fonds SoftBank Vision Fund, qui pourrait devenir le plus grand fonds technologique au monde avec un potentiel de dotation de 100 milliards de dollars. 

SoftBank ne sera cependant pas le seul investisseur de ce tour de table conséquent. Et pour cause, la taille massive de l’opération pourrait diluer la participation d’autres actionnaires dans le capital de Didi Chuxing. La société chinoise compte plus d’une centaine d’investisseurs, dont Alibaba, Ant Financial, Foxconn ou encore Apple. Pour éviter une dilution de leurs parts dans Didi Chuxing, la marque à la pomme et Tencent envisagent de se joindre à cette levée de fonds, indique Bloomberg.

Didi Chuxing passe la seconde pour la voiture autonome 

Cet investissement de 6 milliards de dollars pourrait permettre à Didi Chuxing d’accélérer sur le marché de la voiture autonome. Dans ce sens, la société chinoise a ouvert début mars un laboratoire de recherche à Mountain View pour progresser en matière de systèmes de conduite intelligents, de sécurité des transports reposant sur l’intelligence artificielle, et de conduite autonome. 

Toutefois, l’entreprise qui a eu raison d’Uber en Chine doit actuellement faire face à des réglementations strictes limitant le nombre de voitures de particuliers et de conducteurs qu’elle exploite. Ces difficultés pourraient retarder le calendrier de la société chinoise en vue de ce tour de table pharamineux.  

Malgré sa large domination en Chine, Didi Chuxing doit également se méfier d’acteurs locaux comme Ucar, qui a levé 1 milliard de dollars début mars, ou Yidao Yongche, qui a conçu une application proche du modèle d’Uber et détenue par le groupe chinois LeEco.

Lire aussi :

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This