ActualitéBusinessFinTech

En difficulté avec Libra, Facebook lance son service de paiement

AFP

Facebook a lancé mardi aux Etats-Unis son service de paiement « Facebook Pay », construit sur des fonctionnalités déjà existantes sur ses différentes applications, en insistant sur la séparation avec son projet controversé de monnaie numérique Libra. Facebook Pay doit permettre de payer pour des produits directement sur Facebook ou sur Instagram, mais aussi de participer à des collectes de fonds ou d’envoyer de l’argent à ses amis via Messenger.

Les utilisateurs pourront, s’ils le désirent, ne rentrer leur moyen de paiement (carte bancaire, PayPal…) qu’une seule fois. « Les paiements sont traités en partenariat avec des entreprises comme PayPal, Stripe et d’autres dans le monde», précise Deborah Liu, vice-présidente de Facebook en charge de la plateforme Marketplace. Début octobre, les services de paiement PayPal, puis Stripe (ainsi que Visa, Mastercard, et d’autres), se sont retirés de Libra, le projet de monnaie numérique de Facebook, sous la pression croissante des régulateurs américains et étrangers.

Manque de confiance

De nombreuses autorités s’inquiètent en effet de potentielles utilisations malveillantes de la monnaie, et pointent la mauvaise réputation du géant californien d’internet en matière de confidentialité et de protection des données personnelles. « Facebook Pay est construit sur une infrastructure financière et des partenariats déjà existants, et est séparée du portefeuille Calibra qui servira pour le réseau Libra», insiste Deborah Liu dans un communiqué en ligne. Facebook Pay doit unifier les options de paiement déjà intégrées pour faciliter les transactions sur les différentes plateformes du géant des réseaux sociaux.

A partir de cette semaine, le nouveau portefeuille peut déjà être utilisé sur Facebook et Messenger aux Etats-Unis pour des collectes, des achats dans les jeux, des billets pour des événements, des paiements entre individus et certains produits sur Marketplace. « Avec le temps, nous avons l’intention de rendre Facebook Pay disponible à plus de personnes et dans plus d’endroits, y compris sur Instagram et WhatsApp», ajoute Deborah Liu.

Empreinte digitale et reconnaissance faciale

Les usagers pourront renforcer la sécurité de leur portefeuille en ajoutant leur empreinte digitale ou la reconnaissance faciale, mais « Facebook ne reçoit pas et ne conserve pas les données biométriques de votre téléphone», indique-t-elle. « Facebook offre des moyens de payer en toute confiance depuis 2007, et nous avons traité plus de 2 milliards de donations depuis que nous avons lancé nos premiers outils de collectes de fonds en 2015».

La firme basée dans la Silicon Valley a connu plusieurs scandales liés à des piratages de données ces dernières années. En septembre 2018, une faille de sécurité avait permis à des pirates informatiques d’accéder à des données personnelles de quelque 29 millions d’usagers.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
facebook
En difficulté avec Libra, Facebook lance son service de paiement
Données de santé: la présence de Palantir dans le suivi du vaccin contre le Covid-19 inquiète
Statut des chauffeurs: Uber et Lyft perdent leur appel en Californie
TousAntiCovid : enfin l’heure du vrai démarrage pour l’application de contact tracing du gouvernement ?
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat
Facebook
Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe
Retail: à l’approche des fêtes, quelle réponse face à l’évolution des tendances d’achats?