ActualitéLes levées de fondsRetail & eCommerceServices

EXCLUSIF – Madame Pop and Kids réalise sa pemière levée de fonds

La startup Madame Pop and Kids, qui propose de créer des produits personnalisés à partir de dessins d’enfants, a réaliser sa première levée de fonds. Son besoin de financement était de 200 000 euros.

L’opération a été réalisée en moins cinq mois auprès de cinq business angels et le fonds d’amorçage tunisien Ingenium. « Nous sommes très heureuses car chacun de nos partenaires incarne une expertise qui nous est nécessaire : expertise financière, web marketing-acquisition, web marketing-affiliation, web marketing et réseaux, technologique et internationale » déclare Helene Duthilleul, fondatrice, contactée par Frenchweb.

L’entreprise, qui a rejoint l’Accélérateur en mars 2013, souhaite profiter de ce « momentum » pour accroitre sa visibilité, accélérer sa politique d’acquisition clients et se développer sur le plan technique pour assurer la scalabilité de son concept.

Fondée il y a moins de deux ans, Madame Pop and Kids revendique 5 600 visiteurs uniques par mois pour un taux de transformation (qui mesure le nombre d’acheteurs par rapport au nombre total de visIteurs, ndlr) de 2% en moyenne et de 4,5% lors des fêtes de Noël. Avec un panier moyen de 55 euros, l’e-marchand ambitionne de multiplier par cinq son activité en un an. Cela passera notamment par un développement à l’étranger. Il franchira la Manche et le Rhin dès 2014.

Tags

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

EXCLUSIF – Madame Pop and Kids réalise sa pemière levée de fonds
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week
Covid-19: Google Maps repère et cartographie les zones d’infection
WeWork réduit la voilure en Chine
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Copy link