AcquisitionActualitéBusiness

Fabernovel Institute met la main sur Zogma

Fabernovel Institute, spécialisée dans le développement de la culture numérique, collaborative et entrepreneuriale des grandes entreprises, a fait l’acquisition de Zogma, une agence parisienne qui imagine, conçoit et anime en marque blanche des lieux et des programmes dédiés à l’innovation pour le compte de ses clients.

Avec cette acquisition, Fabernovel Institute souhaite « consolider l’une de ses missions principales », c’est-à-dire mettre les communautés au centre de son offre grâce au développement, à la gestion et à l’animation de lieux et de programmes éditoriaux dédiés à l’innovation.

Des clients comme Engie, Suez, Poilâne…

Créée en 2014 par Camille Kiejman qui a été rejointe en 2016 par David Bchiri, Zogma souhaite favoriser la rencontre entre start-up et grands groupes. Parmi ses clients l’agence compte notamment Engie, Suez, Poilâne ou encore Selectionnist. Elle accompagne aussi la mission French Tech dans la mise en œuvre et l’animation du projet French Tech Central à Station F.

Toute l’équipe de Zogma, composée d’une dizaine de personnes, rejoint Fabernovel Institute. Camille Kiejman, la CEO, devient Head of Editorial & Communities, son associé David Bchir occupera lui le post d’Head of Innovative Spaces. Fabernovel Institute est une filiale du groupe de conseil et de création de produits et de services numériques, Fabernovel, créé en 2003 par Stéphane Distinguin et qui compte 400 collaborateurs aux États-Unis, en Europe et en Asie.

Bouton retour en haut de la page
Fabernovel Institute met la main sur Zogma
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Collect, la nouvelle startup BtoB d’Alex Delivet pour vous aider dans la gestion de documents
[Série A] Sastrify lève 15 millions de dollars auprès de FirstMark Capital
Gojob, la startup qui veut revaloriser le statut de l’interim grâce à l’IA
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs