ActualitéMarketing & Communication

Facebook ne paie en impôts que 3,6% sur ses bénéfices réalisés en dehors des États-Unis

Alors que Facebook a publié des résultats financiers trimestriels au beau fixe la semaine dernière, le Sunday Times rapporte que le réseau social aurait généré 1 milliard de dollars de chiffre d'affaires en 2014 au Royaume-Uni et payé qu'un peu plus de 6 000 dollars d'impôts sur les sociétés, soit seulement 0.0006%. Dans le même temps, le journal croît savoir que sur les 3,4 milliards de bénéfices enregistrés dans le monde, hors Etats-Unis, la firme californienne n'aurait payé que 122 millions de dollars en impôts sur le sociétés, soit environ 3,6%.

Par ailleurs Facebook publiait vendredi ses résultats financiers trimestriels. Sur les trois derniers mois de l'année, la société, qui tire l'essentiel de ses revenus de la publicité, a réalisé 5,8 milliards de dollars de chiffre d'affaires et 1,56 milliard de dollars de bénéfices.

Cette information survient alors que les géants du Web sont dans le viseur de plusieurs autorités en matière fiscale. Ainsi, la semaine passée, un accord a été conclu entre Google et le HMRC, le fisc britannique qui s'intéressent depuis environ six ans aux pratiques fiscales de la firme de Mountain View. Celle-ci a alors accepté de payer 130 millions de livres d’arriérés d’impôts. Un accord dont s'était félicité George Osborne, le chancelier de l'Echiquier britannique.

Aussi, en Italie, c'est Apple et le fisc italien qui seraient parvenus à un accord fiscal, selon le journal La Repubblica qui précisait que la firme de Tim Cook aurait accepté de verser 318 millions d'euros. L'objectif était de boucler un désaccord portant sur les années de 2008 à 2013.

Bouton retour en haut de la page
Facebook ne paie en impôts que 3,6% sur ses bénéfices réalisés en dehors des États-Unis
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya