AsieBusinessLes métiers du net

[Femme de la Tech] Sylvie Lachkar, Sales Education Lead chez SAP

A l’occasion de la Journée de la Femme digitale jeudi 9 mars, FrenchWeb vous propose de découvrir des femmes de la Tech au parcours original, tout au long de la semaine.

 

FrenchWeb: En tant que «Sales Education Lead», quelle est votre tâche au quotidien?

Sylvie Lachkar, Sales Education Lead à SAP: Je suis une spécialiste de la vente, de la communication et surtout des relations humaines. Je suis fascinée par la puissance des outils digitaux, en particulier la manière dont ils nous équipent de supers pouvoirs qui nous rendent plus efficaces. Mon rôle est d’accompagner et de motiver les forces commerciales EMEA à utiliser ces véhicules digitaux et aussi de donner plus de visibilité à nos clients sur notre capacité à accompagner leur transformation digitale. L’important c’est l’usage qu’ils vont en faire et comment cet usage va les rendre plus performants. Cela commence par un véritable changement de comportement (et oui on en revient à l’humain). Mon rôle consiste à initier ce changement et convaincre de son importance. Mettre le client au centre de l’attention, devenir un partenaire plutôt qu’un vendeur est la condition nécessaire. Il est amusant de voir que le digital nous le rappelle.

Avez-vous toujours voulu exercer cette fonction?

S.L : Non, j’ai tout d’abord voulu commencer dans le marketing. J’ai exercé de nombreuses fonctions différentes et je crois que toutes ces expériences sont utiles dans ma fonction d’aujourd’hui. C’est l’aboutissement d’un voyage plein de découvertes variées qui me permettent d’être pertinente maintenant dans mon métier.

Quelle est votre formation?

S.L : J’ai une formation d’ingénieur en Informatique et un master en marketing. C’est classique maintenant d’acquérir une double compétence pendant ses études. Cela ne l’était pas il y a 30 ans. Cela m’a permis de toucher à pleins de choses. J’aime toucher à tout, je suis curieuse, j’aime créer et innover. Ma passion est d’accompagner les êtres humains à progresser, c’est l’une des raisons pour laquelle j’ai compléter ma formation initiale avec une certification de coaching.

Quelle «Femme de la Tech» êtes-vous ?

S.L : Je suis ce que l’on appelle un early adopter. J’adore tester, innover. Les outils numériques nous rendent plus performants. Ils structurent notre travail, renforcent notre mémoire et permettent une meilleure collaboration. Les outils mobiles nous permettent en plus d’accéder à des services sans nous déplacer. C’est de l’or quand on travaille à plein temps, ou en voyage régulier. Envoyer un recommandé sans aller à la poste, analyser ses comptes bancaires sur une tablette, permettre à des exécutifs de prendre des décision au vu de tableaux de bords digitaux, connecter des voitures au monde digital, tout cela est passionnant.

L’époque digitale est une révolution en marche, comme l’a été la révolution industrielle. Elle impose des changements de stratégies dans de multiples industries. Elle transforme la manière de travailler, elle crée de nouvelles fonctions, elle permet la mobilité, la réorganisation du temps de travail. Les sociétés peuvent imaginer de nouvelles offres qui ne pourraient exister sans cela. Elle modifie le parcours client. Les étudiants apprennent à distance et selon leur calendrier. Une vraie rupture est en train de se créer avec une rupture dans les usages, dans les business modèles mais également dans les règles du marché. Elle va jusqu’au changement des individus et des modes de pensée.

Qui sont vos modèles? 

S.L : Ma tante, pour commencer, qui m’a inspirée dès mon plus jeune âge à l’art, à la beauté des objets, à la décoration intérieure. Je suis également fascinée par des femmes comme Arianna Huffington qui a réussi à concilier de multiples activités comme la création d’un journal, la vie de famille, l’écriture de multiples livres ou Adrienne Bolland, première femme à avoir franchi la Cordillère des Andes en 1921. Je suis inspirée d’une manière générales par tous ces hommes et femmes qui sont pleins d’idées et qui ont le courage et la persévérance de les mettre en œuvre.

Quels sont vos projets à moyen et long terme?

S.L : Après avoir co-écrit avec Hervé Kabla un livre sur le Social Selling «Le Social Selling Expliqué à mon Boss» il y a un an, j’aimerais m’atteler à un autre livre entre roman et biographie. A plus long terme, il y a un nouveau métier qui m’attire par son côté humain et bienveillant, Chief Happiness Officer.

 

Lire aussi : Anaïs Raoux, fondatrice de la première école de la Fintech en France

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This