ActualitéBusinessStartupStartup du jourTech

[FW Radar] LegaLife veut automatiser la rédaction de documents juridiques

Fondée en mai 2015 par Thomas Rivoire et François Marill, LegaLife développe une plateforme permettant aux entreprises d’automatiser la rédaction de documents juridiques.

Plus de détails avec François Marill, co-fondateur de LegaLife.

FrenchWeb: A quel besoin répond votre service?

François Marill, co-fondateur de LegaLife: LegaLife propose la rédaction automatisée en ligne des documents juridiques. Près de 130 documents administratifs et juridiques à créer soi-même en quelques minutes sont disponibles sur notre site. Guidé à travers l’ensemble du processus par des questions simples, l’utilisateur obtient son document qu’il peut utiliser directement ou choisir de faire vérifier par un avocat partenaire de notre plateforme. C’est un gain de temps et d’argent pour les créateurs d’entreprises qui ont besoin de statuts d’entreprise, mais aussi pour les dirigeants qui souhaitent créer un contrat de travail, ou encore les particuliers qui ont besoin d’un bail de location… à un tarif plus abordable qu’en passant par un avocat.

Quelle est votre proposition de valeur?

En quelques clics, l’utilisateur obtient un document juridique à un tarif 5 à 10 fois inférieur au même document rédigé par un avocat. Pour la production d’un document unique, nous proposons des tarifs à partir de 19 euros TTC. Les professionnels peuvent souscrire à un abonnement de 39 euros TTC / mois pour un nombre illimité de documents. Enfin, il est possible d’obtenir une vérification du document par un avocat partenaire à un tarif négocié en amont par notre plateforme.

Qui sont les utilisateurs de votre solution?

Ce sont des créateurs d’entreprise, des patrons de PME et de TPE et des particuliers. Nos utilisateurs sont à la recherche d’une prestation de qualité mais ne savent pas forcément à qui s’adresser: un avocat peut leur sembler trop cher, une recherche sur internet trop aléatoire… Sur notre plateforme, ils trouvent leur document juridique entièrement personnalisé à un prix modique mais avec toutes les garanties requises.

Quel est votre plan de développement?

Nous avons l’ambition de devenir le leader mondial de la production automatisée de contrats en ligne. Notre développement passe de notre site en France et à l’international et de notre solution marque blanche.

Quels sont vos enjeux?

Nous avons trois enjeux principaux:

  1. Continuer de développer notre proposition de contenu sur le site que ce soit en français ou en langue étrangère pour les différents marchés que nous allons attaquer.
  2. Développer notre technologie pour proposer plus de valeurs à nos clients et créer des barrières à l’entrée.
  3. Faire grossir notre force commerciale pour développer notre solution marque blanche.

Qui sont vos concurrents?

Les principaux concurrents sont LegalStart et Captain Contrat. LegalStart se concentre uniquement sur les services aux entreprises et ne propose rien aux particuliers. Captain Contrat se concentre aussi uniquement sur les services aux entreprises et rend la consultation d’un avocat obligatoire pour tous les documents.

Aussi, à ce jour nous sommes les seuls à avoir développé notre technologie en marque blanche afin de la proposer aux avocats, notaires, experts comptables et directions juridiques de grands groupes.

Les données clés:

  • Fondateurs : Thomas Rivoire et François Marill
  • Date de création : mai 2015
  • Levées de fonds : mars 2017
  • Siège : Paris
Tags

Myriam Roche

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[FW Radar] LegaLife veut automatiser la rédaction de documents juridiques
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Malgré son éviction par Apple et Google, Fortnite génère toujours plus de revenus
[DECODE Brésil] La FinTech et l’e-commerce défient la pandémie en Amérique latine
Gate Watcher : « Chaque pays européen souhaite avoir son industrie de la cybersécurité »
Comment Welcome at Work! a vu les besoins en animation des bureaux changer avec la crise
Copy link