ActualitéBusinessHealthcareTechTransport

[Ils l’ont fait] Uber, Microsoft, Vivendi…: les 5 temps forts de la semaine

FrenchWeb a sélectionné 5 entreprises qui ont rythmé la semaine.

 

[tabs]
[tab title= »Levée de fonds »]

Uber lève 3,5 milliards de dollars auprès du fonds souverain saoudien

uberUber ouvre son éventail d'investisseurs. La société de véhicule avec chauffeur vient de lever 3,5 milliards de dollars (environ 3,1 milliards d'euros) auprès d'un fonds souverain d'Arabie Saoudite, le Saudi Arabia’s Public Investment Fund. Ce nouveau méga-tour de table porte à 11 milliards de dollars les montants réunis par l'entreprise depuis sa création. Uber, qui était déjà valorisé plus de 60 milliards de dollars selon des estimations, vaudrait désormais 68 milliards de dollars, d'après le Wall Street Journal.

Uber ajoute un fonds souverain dans son board, après avoir levé en 2015 auprès de la banque Goldman Sachs. En février 2016, le New York Times révélait que le VTC avait même ouvert auprès de plusieurs banques un fonds «secret» pour des investisseurs prêts à prendre des micro-parts «à l'aveugle». Au total, les montants levés par Uber avoisinneraient les 8 milliards de dollars.

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

[tabs]
[tab title= »Lancement »]

Microsoft lance son fonds de capital-risque

ValueAct_Microsoft_FrenchWebA l'instar de nombreux autres géants ou poids lourds du Web, Microsoft lance son propre fonds d'investissement de capital-risque. Par le passé, la firme de Redmond accompagnait déjà de nombreuses start-up via ses programmes d'accélération, connus notamment sous le nom de Microsoft Ventures, comme celui basé en France, à Paris. Mais désormais, ces structures seront rebaptisées « Microsoft Accelerator » afin de laisser la marque « Microsoft Ventures » disponible pour l'activité d'investissement.

Dans un billet de blog, Nagraj Kashyap, le vice-président corporate du nouveau Microsoft Ventures, annonce avoir créé avec Peggy Johnson une équipe dédié à ce fonds. Celle-ci opérera depuis plusieurs bureaux à San Francisco, Seattle et New York aux Etats-Unis, ainsi qu'à Tel-Aviv en Israël. D'autres antennes devraient voir le jour dans les prochaines années.

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

[tabs]
[tab title= »Acquisition »]

Après plusieurs mois de bras de fer, Vivendi prend le contrôle de Gameloft

vincent-bollore-vivendiVivendi est enfin parvenu à mettre la main sur l’éditeur de jeux téléchargeables Gameloft. Cette acquisition survient après plusieurs mois de tractations engagées à la mi-février avec le lancement d’une OPA (offre publique d’achat) hostile par la multinationale dirigée par Vincent Bolloré.

L’Autorité des marchés financiers a mis fin au suspense ce mardi avec la publication des résultats provisoires de cette opération. Ainsi, Vivendi s’apprête à détenir 61,71% du capital et au moins 55,61% des droits de vote de Gameloft. «Au total, la société Vivendi est en mesure de détenir 53 728 336 actions GAMELOFT SE représentant autant de droits de vote», a fait savoir l’organisme de régulation financière. Les résultats définitifs de l’OPA seront connus le 2 juin au plus tard.

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

[tabs]
[tab title= »Transaction »]

Le Japonais SoftBank va vendre 7,9 milliards de dollars d’actions Alibaba

alibabaLe groupe japonais SoftBank, éditeur de nombreux services Internet, a annoncé qu'il allait vendre des parts qu'il détient dans le géant chinois de l'e-commerce Alibaba. La société a indiqué qu'elle écoulerait pour au moins 7,9 milliards de dollars d'actions dans le cadre d'une opération qui s'effectuera en «coordination» avec Alibaba. D'ailleurs, ce dernier devrait racheter environ 2 milliards de dollars de ses propres actions.

A l'issue de cette transaction, SoftBank restera toutefois un actionnaire de référence dans l'e-marchand puisqu'il détiendra environ 28% du capital d'Alibaba, contre 32,2% au 31 mars 2016. Par ailleurs, son PDG Masayoshi Son restera impliqué dans l'entreprise en conservant son siège au conseil d'administration de l'e-marchand.

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

[tabs]
[tab title= »Lancement »]

Doctolib part à la conquête du marché allemand

Doctolib-stanislasDoctolib part désormais chercher la croissance à l'international. La start-up de prise de rendez-vous médicaux en ligne va se lancer sur le marché allemand. Une équipe composée d'une dizaine de collaborateurs travaille pour le bureau berlinois de la société, et une cinquantaine de médecins serait déjà inscrits sur le site.

Il s'agit d'une antenne entièrement dédiée à la commercialisation puisque la R&D restera localisée en France. Au final, Doctolib espère prendre une part significative sur un marché de «365 000 professionnels de santé allemands».

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

Crédit photo : Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This