ActualitéBusinessStartupTech

Infinit lève 1,8 million de dollars: « no servers, no NSA »

La start-up française Infinit, anciennement incubée au Camping à Paris, a bouclé une levée de fonds de 1,8 million de dollars.

Basée à New York depuis plusieurs semaines à l’accélérateur Techstars, Infinit a reçu le soutien de deux fonds de capital risque français, Alven Capital et 360 Capital Partners. En juillet 2013, l’entreprise avait déjà annoncé une levée de fonds de 500 000 dollars auprès du fonds Alive Ideas, créé par le fondateur de Clubic (devenu M6 web).

Infinit a été fondée en février 2012 par Baptiste Fradin et Julien Quintard, âgé de 29 ans et auteur d’une thèse à Cambridge sur le peer-to-peer. Infinit est spécialisée dans le transfert de fichiers sur internet, avec un cryptage direct entre deux utilisateurs, sans passer par un système de stockage, en s’affranchissant du cloud. La solution peer-to-peer permet, sur un mode drag and drop, de stocker, partager et synchroniser les données provenant de différents devices : PC, laptops, smartphones, tablettes… Point intéressant, elle permet de partager des fichiers de gros volume, en un temps réduit, contrairement, comme elle aime à le dire, à ses concurrents, DropBox, Box, WeTransfer ou Google Drive (« No servers. No NSA »…). Un détail qui peut faire mouche pour les clients soucieux de la confidentialité des données échangées. Le marché du partage de fichiers est, lui, évalué à 9 milliards de dollars.

Infinit propose pour le moment une version gratuite de sa version. Mais son business model l’orientera bien sûr vers une version payante, avec des services additionnels à la solution.

BaptisteFradinBaptiste Fradin, co-fondateur et COO d’Infinit :

FrenchWeb: Quelle va être la prochaine grande étape pour Infinit après cette levée de fonds? 
Baptiste Fradin: La grande étape: l’acquisition utilisateurs

FrenchWeb: Quelle est la nouvelle répartition de l’actionnariat ?  Y a t-il une autre levée de fonds prévue ?

Cela reste confidentiel. Il y aura vraisemblablement un autre tour plus tard plus important afin d’affirmer notre présence sur ce marché.

Comment abordez-vous justement le marché, avec des mastondontes comme Dropbox, Box ou WeTransfer en face  ? Quid du budget marketing?

Le marketing va être un vrai challenge pour nous effectivement. Nous avons aujourd’hui le meilleur produit sur le marché et il va être très important de réussir à se faire entendre à côté de mastodontes. Une très large partie du budget sera donc consacré à ce domaine.

FrenchWeb: La solution Infinit ne stocke pas les données. Parlez nous de la clé informatique… ?

Nous avons développé une technologie p2p [Peer-to-peer, nldr] qui est issue des travaux de recherche de mon co-fondateur, Julien Quintard, durant sa thèse à l’Université de Cambridge en Angleterre. Nous avons d’ailleurs remporté le concours National du Ministère de la recherche l’année dernière concernant l’aspect sécurité de notre technologie p2p.

FrenchWeb: Comment comptez vous fidéliser vos utilisateurs ? 

Nous testons et adaptons notre produit en fonction des métriques de rétention que nous obtenons.

FrenchWeb: Quelle sera votre approche sur la version premium, en cours de développement ?  Quels seront précisément les services associés au service ? 

C’est trop tôt pour le dire. Aujourd’hui, nous souhaitons tout d’abord nous assurer que notre produit soit adopté massivement. Les tendances d’utilisation pourront par la suite nous donner des idées claires et pragmatiques de business model à implémenter.

Tags

Mathilde Hodouin

Journaliste chez FrenchWeb. Pour contacter la rédaction, cliquez ici. Présentez votre application mobile avec la Bon App' du jour. Faites-vous connaître en devenant "la start-up de la semaine". Ajoutez un événement à notre agenda : cliquez ici
Infinit lève 1,8 million de dollars: « no servers, no NSA »
The Garage, l’incubateur de Cyril Paglino pour créer un écosystème blockchain de référence en Europe
Instagram
Reels, l’arme d’Instagram pour contrer l’ascension fulgurante de TikTok
Comment les indépendantistes catalans usent du numérique contre Madrid
Glyphosate, pesticides: un rapport parlementaire plaide en faveur d’une centralisation des données
FinTech: Revolut continue de recruter des têtes d’affiche de la finance
Pourquoi Balderton Capital lance un nouveau fonds de 400 millions d’euros
Copy link