Actualité

[Infographie animée] Les chiffres vertigineux de la déferlante Draw Something

Lancée il y a à peine quelques semaines, l’application Draw Something connaît un incroyable carton. Véritable Pictionary 2.0, l’application mixe les dessins, les devinettes et les défis.

Une fois téléchargée, Draw Something propose ainsi au joueur de choisir un partenaire de jeu, connu ou non, et de lui faire deviner ce qu’il dessine directement avec ses doigts sur son smartphone. Au fur et à mesure des points accumulés le joueur accède à de nouvelles fonctionnalités…

Ça n’a l’air de rien, mais le jeu se révèle terriblement addicitif et connaît un véritable buzz médiatique. Zynga s’est d’ailleurs empressé de racheter la société éditrice de Draw Something connue sous le nom de OMGPOP. Les blogs américains spécialisés évoquent la somme de 210M $, soit 151M €.

L’infographie animée suivante, calquée sur le principe de Draw Something et réalisée par l’équipe du site MBAonline, nous livre les chiffres vertigineux de ce succès. Parmi eux :

  • L’application a été lancée il y a 7 semaines seulement
  • 20 M de joueurs jouent quotidiennement à Draw Something
  • L’application a déjà été téléchargée 37M de fois !
  • 3 milliards de dessins réalisés depuis la lancement
  • 2000 dessins créés chaque seconde
  • Draw something arrive en première position des classements des applications dans 85 pays
  • Il a fallu 9 jours pour Draw Something pour atteindre le million d’utilisateurs contre 9 mois pour Facebook.

Un commentaire

  1. Les chiffres sont justes hallucinants ! Qui pouvais prévoir l’explosion de cet app. ??

    Pour avoir tester le jeu est ultra addictif et la mécanique virale est super bien rodé. Draw Something devient un cas d’école en quelques semaines.

    Pierre

Bouton retour en haut de la page
[Infographie animée] Les chiffres vertigineux de la déferlante Draw Something
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs