/ InsidersActualitéBusinessTech

[INSIDERS] Les 5 infos Tech pour briller en société

WeChat avance sur la réalité augmentée

WeChat, l’app de messagerie la plus populaire de Chine, développe actuellement sa propre plateforme de réalité augmentée.

Selon une information de TechInAsia, qui ajoute à son article quelques captures de démonstration fournies par l’équipe AI de WeChat, le réseau social exploité par Tencent travaille à des options AR entièrement tournées vers l’usage smartphone : 80% des utilisateurs chinois de smartphones utilisent WeChat. La réalité augmentée viendrait enrichir l’écosystème varié de services disponibles sur la plateforme : shopping, transports, divertissement, paiement…

Ce framework, nommé QAR, sera ouvert aux développeurs tiers. Aucune date de lancement n’a été communiquée. Baidu, le géant de la recherche en Chine, a aussi développé son propre environnement AR.

Les grands noms de la tech fourbissent leurs armes sur le terrain de la réalité augmentée pour smartphone : Google a dévoilé cet été ARCore, son kit de développement AR pour Android, tandis qu’Apple avait dévoilé son ARKit en juin dernier.

WeChat est utilisé par 900 millions de personnes dans le monde. 200 000 développeurs sont actifs sur la plate-forme.

WeChat is quietly developing its own AR platform

Lab126, le discret centre R&D d’Amazon, s’installerait en Inde

Le site d’informations tech indien Factor Daily rapporte aujourd’hui qu’Amazon ouvrirait à Mumbai en Inde (et pour la première fois à l’étranger) un Lab 126, dans la lignée de celui de San Francisco. C’est dans le secret de ce centre de recherche et développement que le géant du e-commerce a conçu sa gamme de devices, à l’instar des liseuses Kindle, des tablettes Fire, des enceintes connectées Echo, des Dash buttons… Mumbai accueille aussi les data-centers indiens d’Amazon.

Le Lab 126 californien, fondé en 2004, emploie 3 000 personnes. Ses principaux sujets de travail sont actuellement l’intelligence artificielle et le machine-learning, qu’Amazon souhaite injecter dans tous ses produits électroniques.

Le marché du e-commerce indien est estimé à 15 milliards de dollars, et les projections à 2020 le portent autour de 45 – 50 milliards de dollars – ceci ne représentant que 5% du marché retail total, ce qui donne une idée du potentiel de croissance pour le commerce électronique sur ce marché pour les prochaines années.

L’Inde est un marché qui attire les convoitises, par sa taille et son potentiel de croissance internet, qui sera majoritairement porté par des individus qui utiliseront le réseau dans les langues locales du pays, comme l’Hindi – d’où l’importance pour les géants de la tech, à l’heure de l’intelligence artificielle et du traitement du langage naturel, de s’implanter physiquement dans ces territoires. Amazon avait déjà lancé Prime en juillet 2016, et nous évoquions hier Google qui s’apprêterait à lancer un moyen de paiement dédié en Inde.

Amazon likely to set up its secretive Lab126 in India, its first outside of the US

En 2017, 22 millions d’Américains abandonneront la TV câble / satellite en faveur des offres digital-only

Selon eMarketer, plus de 22 millions d’américains auront résilié leur abonnement pay-TV câble / satellite d’ici la fin de l’année, soit + 33% par rapport à l’année dernière.

Ce phénomène qu’on appelle le cord-cutting est désormais bien connu aux Etats-Unis. Il désigne ceux qui abandonnent leurs coûteux abonnements aux bouquets de télévision par câble et satellite, le mode de réception télé historique, pour se rabattre sur des offres de streaming internet, souvent plus économiques (mais pas toujours).

Le marché publicitaire TV souffre évidemment de la saignée : les prévisions ont été revues à la baisse, et la croissance du marché 2017 sera inférieure à 1% par rapport à l’année dernière, à 71,65 milliards de dollars. Les projections sur 5 ans ne sont guère plus encourageantes : eMarketer prévoit que le marché de la publicité TV ne s’élevera guère au-dessus des 74 milliards de dollars en 2021.

En 2021, le nombre de cord-cutters américains atteindra les 40 millions. De même, les individus n’ayant jamais souscrit d’abonnement TV au câble, les cord-nevers, seront au nombre de 32,5 millions cette année, puis 41 millions en 2021.

Crédit photo : Nvidia

Comment s’explique cette lame de fond ? Les pure-players comme Hulu ou YouTube ont désormais une offre de contenus capable de soutenir la comparaison avec la télévision traditionnelle. Les opérateurs de pay-TV eux-même accompagnent le mouvement, en lançant leur propre plateforme de streaming, comme Dish avec Sling TV. Les chaînes et les networks ne sont pas en reste, en développant leur offre d’abonnement streaming, comme HBO ou ESPN, auxquelles il est possible de s’abonner en stand-alone.

Par ailleurs, le temps moyen quotidien passé devant la télévision (hors digital) par un adulte aux Etats-Unis baissera d’environ 3% cette année, s’établissant à 3 heures 58 minutes, tandis que le temps passé devant des vidéos internet (hors réseaux sociaux) sera d’une heure 17 minutes, en croissance de 9%.

TV Ad Spending to Shrink 10 Percent by 2021 as Cord-Cutting Accelerates, Study Says

Snooze de Facebook, pour mettre tes amis en veilleuse

Facebook teste en ce moment une fonctionnalité pour mettre en sourdine, temporairement, des amis, groupes ou pages qui se mettraient soudain à spammer en cadence votre newsfeed de publications indigentes. Au lieu de sortir la sulfateuse et les réduire à tout jamais au silence, dans le gouffre glacial de l’oubli social – c’est-à-dire les supprimer de vos contacts – vous pourrez d’abord user d’une méthode plus douce, en les bâillonnant pour une durée de 24 heures, une semaine, voire 30 jours complets, pour les cas extrêmes. A l’instar des likes et des partages, l’algorithme de Facebook apprendra aussi de cette option pour nous servir un newsfeed au plus proche de nos goûts et centres d’intérêt. #EconomieDel’Attention #Purgatoire

Crédit photo : Techcrunch

 

Safari 11: publicitaires au bord de la crise de nerfs

Parmi les annonces de sa dernière keynote, outre l’incontournable iPhone X, Apple a communiqué sur la mise à jour de son explorateur Safari, avec notamment une technologie de blocage de cookies.

Et il apparaît que l’Intelligent Tracking Prevention, déployée sur desktop et mobile, va sacrément compliquer la vie des publicitaires et de leurs annonceurs. Safari 11 s’en prend ainsi aux cookies first-party, déposés et lus par le site consulté par l’internaute : le browser supprimera automatiquement ces cookies si l’utilisateur ne s’est pas rendu sur le site en question depuis plus de 30 jours. Impossible dès lors de collecter des données sur les habitudes de navigation des internautes sur la longueur, et de les croiser, pour que la publicité vous suive d’un site à l’autre.

Six associations publicitaires américaines ont ainsi adressé une lettre ouverte à la firme de Cupertino, l’accusant notamment d’imposer ses propres standards et de « dégrader l’expérience utilisateur » – ce qui est plutôt cocasse à l’aune du succès rencontré par les adblocks… — et de « saboter le modèle économique d’internet » .

Les associations américaines du secteur publicitaire qui ont signé cette lettre sont l’American Association of Advertising Agencies (4A’s), l’American Advertising Federation (AAF), l’Association of National Advertisers (ANA), la Data & Marketing Association (DMA), l’Interactive Advertising Bureau (IAB) et le Network Advertising Initiative (NAI).

 

Tags

Carolina Tomaz

Computer Girl depuis 2000. Stratégie numérique, innovation, direction éditoriale. Spécialisée en médias, TV et internets. Chief Content Officer @AdsVark Media

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This