ActualitéArts et CulturesBusinessObjets connectésStart Me UpTech

IoT: quels profils intéressent les entreprises?

Alors que l'Internet des objets est en plein essor, les entreprises auront besoin de nombreuses compétences dans les prochaines années, notamment en matière de sécurité des données (chief data management officer…). Pour en savoir plus, Frenchweb a interviewé Frederique d'Orgeval, directrice associée au sein du cabinet de recrutement Blue-Search, et Adrien Bignon, responsable du pôle digital de Mushroom.

Lire aussi : IoT: Les compétences dont vont avoir besoin les entreprises

 

Quels sont les postes clés à avoir dans l’entreprise des objets connectés?

Fondé en 1999 par Pierre Cannet, Blue-Search est un cabinet de recrutement digital qui se positionne sur les secteur du marketing online, E-CRM, nouvelles technologies, studio, éditorial, business development…

frederique-dorgeval idetosen-bleu-search-1Frederique d'Orgeval, directrice associée de Blue-Search: A l’heure actuelle, ce sont principalement les experts en analyse de données qui sont les plus recherchés pour structurer les vastes quantités de datas et être en capacité d’en retirer des valeurs d’usage.

Les profils informatiques qui ont des compétences en intelligence artificielle sont également très demandés, ils permettent la communication entre les terminaux et l’implémentation des réflexes de prise de décision par les objets connectés.

De plus, la sécurité étant un enjeu clé de l’IoT, les experts des réseaux et du cloud sont des intervenants majeurs afin de garantir la protection des données. La confiance des usagers sera moteur dans le développement futur de l’IoT.

 

Basé à Paris, Mushroom est un cabinet de recrutement qui se présente comme un cabinet de «chasseurs de têtes spécialisé dans le recrutement des acteurs de la communication, du marketing et du digital».

adrien-bignon-mushroom-1Adrien Bignon, responsable du pôle digital de Mushroom: Au sein d’une entreprise produisant des objets connectés, nous retrouverons une multitude de métiers, allant du réseau au hardware.

L’hardware, puisqu’il s’agit d’objets ; on retrouvera donc des métiers classiques de designer produit, de R&D etc.

D’un autre côté, les objets connectés le seront par des réseaux sans fils domestiques (wifi, lifi…) mais aussi via les réseaux de télécommunication 3G/4G (5G) ; les postes d’experts réseaux seront très nombreux à pourvoir au sein des entreprises développant des objets connectés.

Enfin, dans le domaine Internet, les fonctions Data Scientist seront essentielles, mais également des profils IT spécialisés en logiciels embarqués.

Pour résumer, les divisions majeures d’une entreprise de ce nouveau marché seront Produit, Réseaux, Big Data et IT. 

[tabs] [tab title= « L’événement »]

AGENDA: Frenchweb Day IoT

Pour voir la page dédiée à l'événement, cliquez-ici.

Pour vous inscrire, cliquez-iciProfitez jusqu'au 28 janvier du tarif early bird, 250€ HT au lieu de 350€ HT.

Iot

[/tab] [/tabs]

 

Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “IoT: quels profils intéressent les entreprises?”

  1. Effectivement les entreprises expertes dans l’IT mettent maintenant en place de l’IoT (jeu de mots) au sens infrastructure réseau et machine learning. On pourrait appeler cela le BackEnd de l’Internet des Objets.

    Et malheureusement le Front End est complètement délaissé ! Table connectée, Miroir Intelligent, Smart Panel, Maison à reconnaissance vocale ou gestuelle (comme SARAH), jeux connectés, hologrammes … sont complètement « délaissé »

    C’est fou ! car c’est cette expérience utilisateur qui va faire que les objets vont être utilisés et donc produire des datas. Depuis quelque année on sait qu’un podomètre est abandonné au bout de quelques utilisations si l’ergonomie n’est pas là…

    Heureusement il semble que les Digital Agency et quelques grands comptes ont compris et montent des « Labs » pour être capable de mixer des technologies capteurs, NativeUI, réalité augmentée, impression 3D afin de fournir cette expérience utilisateur.

    Mais il y a effectivement beaucoup moins de poste de Maker/Hacker… (surtout en France)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This