AcquisitionActualitéArts et CultureBusinessEuropeInvestissements

La galerie d’art en ligne Singulart s’offre le Britannique NewBloodArt

En 2017, le marché de l’art en ligne a atteint 4,22 milliards de dollars, en hausse de 12%, selon le dernier rapport Hiscox sur le marché de l’art en ligne. Si la croissance de ce marché ralentit, 81% des plateformes pensent que sa consolidation va s’accélérer, d’après l’étude de l’assureur spécialisé dans les objets d’art. Dans ce contexte, la galerie d’art en ligne Singulart cherche à se renforcer pour tisser sa toile sur ce marché proche du seuil de saturation.

La start-up parisienne vient ainsi d’annoncer le rachat de NewBloodArt, un de ses concurrents outre-Manche. Les modalités financières de l’opération n’ont pas été dévoilées. Désormais, toutes les opérations de NewBloodArt seront gérées depuis Paris par Singulart, mais les deux plateformes continueront de coexister. Lancée en 2004, NewBloodArt est une galerie en ligne qui a vu le jour alors que le marché de l’art en ligne n’en était encore qu’à ses balbutiements. Sarah Ryan, la fondatrice de la plateforme britannique, a choisi de se positionner sur le segment des artistes émergents, souvent tout juste sortis d’école, pour leur donner une visibilité en ligne.Apple-converted-space »> 

Toutefois, après avoir consacré quatorze ans au développement de NewBloodArt, Sarah Ryan estimait qu’il était temps pour elle et son entreprise de passer un nouveau cap. «Je sentais depuis un moment déjà qu’il fallait que je donne un coup d’accélérateur à la société pour que les artistes que nous représentions puissent obtenir toute la visibilité qu’ils méritent, au Royaume-Uni, et encore plus à l’international», explique-t-elle.

Cette nouvelle page de l’histoire de NewBloodArt s’écrira donc au sein de Singulart. Lancée à Paris en août 2017 par Véra Kempf, Brice Lecompte et Denis Fayolle, co-fondateur de LaFourchette, la start-up française, qui a levé 1,1 million d’euros l’an passé lors de son lancement, a conçu une plateforme de vente d’oeuvres d’art en ligne à dimension internationale. Elle permet à des peintres et des photographes, reconnus dans leur pays de résidence, de vendre plus facilement leurs oeuvres à des collectionneurs dans le monde entier. La jeune pousse parisienne, qui revendique un volume de 2 millions d’euros de ventes, voit dans le rachat de NewBloodArt une opportunité pour se renforcer sur le marché britannique et dans les pays anglophones.

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
La galerie d’art en ligne Singulart s’offre le Britannique NewBloodArt
Maif, Stockly, Ouest Digital : focus sur les offres d’emploi du jour
[Made in Océan Indien] Webcup: une double finale 2018-2019 qui a mis Mayotte et La Réunion à l’honneur
Palantir renforce ses liens avec le Pentagone en signant un nouveau contrat à 110 millions de dollars
Pourquoi la Croix-Rouge veut créer un « espace humanitaire numérique »
[We Love Innovation] Open Mind Innovation veut décrypter votre cerveau pour améliorer votre bien-être
La Silicon Valley, tu passes ou tu t’en passes? 2/2
Copy link