ActualitéNantes

La Nantes Digital Week, reflet d’un écosystème qui veut se développer

​Frenchweb : La Nantes Digital Week se tient du 17 au 27 septembre. ​Quel premier bilan peut-on tirer de cette édition ?

Francky Trichet, adjoint au maire de Nantes en charge du numérique et organisateur de la Digital Week : En amont de l’édition précédente, tous les chiffres avaient déjà été doublés. Cette année, plus de 108 événements ont été organisés sur un prisme très large de thèmes qui vont de l’art, aux sciences, en passant par l’économie sociale et solidaire.

Aussi, la Nantes Digital Week s’est étendue d’un point de vue géographique. Cette année, la manifestation  se tient dans une cinquantaine de lieu -Nantes, mais aussi dans toutes les communes de la métropole et à Saint-Nazaire (avec des passerelles avec Angers, Rennes et Brest) – contre une vingtaine l’an passé.

En ce qui concerne le nombre de visiteurs, les chiffres définitifs seront connus la semaine prochaine, lorsque la Nantes Digital Week 2015 sera terminée. Mais nous pouvons d’ores et déjà préciser que 150 personnes sont inscrites pour le «Start-up Weekend» qui va avoir lieu, et que 3 000 personnes ont participé à la Robotic Day, ainsi que 4 500 au festival des drones où il y a eu une forte représentation de start-up, mais aussi de sociétés plus matures. Aussi, 62 000 personnes ont participé au festival Scopitone.

Quelles sont les forces de l’écosystème numérique nantais ?

Je tiens à souligner le dynamisme de l’écosystème nantais et de ses acteurs. A titre d’exemple, depuis le lancement du projet Nantes Tech, 1 661 emplois ont été créés dans la filière. Mais cela fait déjà cinq années que tout s’accélère dans la région.

Aussi, Nantes et sa région disposent de bonnes compétences avec de nombreuses écoles, universités ou laboratoires. Si LaFourchette a ouvert un bureau de recherche et développement à Nantes, c’est aussi pour nos talents. Enfin, il ne faut pas oublier l’attractivité de la ville et de ses prix en matière de logement.

En dépit des levées de fonds importantes d’iAdvize (14 millions d’euros) et de Lengow (10 millions d’euros) cette année, les start-up dans la région ont-elles accès au financement ? Les investisseurs sont-ils actifs ?

Effectivement, les chantiers restent importants. Ce qu’il manque à Nantes, c’est un bel exit d’une entreprise car nous manquons encore de financements. Trop peu de sociétés de capital-risque sont présentes dans la région.

Nos entreprises s’adressent donc souvent aux acteurs parisiens ou internationaux. Mais il n’y a pas de proximité. Par conséquent, les tours d’amorçage sont difficile à boucler. Il est parfois plus facile de lever quelques millions, que plusieurs centaines de milliers d’euros.

nantes-digital-week-2
Crédit photo : Francky Trichet.
nantes-digital-week
Crédit photo : Francky Trichet.
Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “La Nantes Digital Week, reflet d’un écosystème qui veut se développer”

  1. Avis aux entrepreneurs de l’ouest de la France qui veulent développer leur activité aux Etats-Unis. L’équipe franco-américaine d’Hudson Mind (agence numérique) vous propose toute une gamme de services : stratégie numérique, développement web et mobile, online marketing (SEO et référencement, emailing, social média), smart data… Plus d’informations : http://www.hudsonmind.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This