ActualitéBusinessTech

La NASA repousse le lancement de son grand télescope spatial à octobre 2021

AFP

La Nasa a annoncé jeudi que le lancement du grand télescope spatial James Webb à 10 milliards de dollars par une fusée Ariane 5 serait de nouveau reporté, au 31 octobre 2021 au lieu de mars, en raison de la pandémie et d’autres problèmes de développement. Le télescope, imaginé dans les années 1990, devait initialement être lancé dans les années 2000, mais d’innombrables problèmes de développement, chez le fabricant principal Northrop Grumman, ont conduit à de multiples reports et à un doublement du coût.

« Webb est l’observatoire spatial le plus complexe du monde et notre plus grande priorité scientifique, nous avons travaillé d’arrache-pied pour continuer à avancer pendant la pandémie », a déclaré le directeur scientifique de la Nasa, Thomas Zurbuchen. Lors du précédent report, en juin 2018, de nombreux responsables de la Nasa répétaient que « Webb vaut la peine d’attendre ». Le télescope, une fois son bouclier solaire déplié, sera grand comme « un court de tennis », et son miroir principal mesurera 6,5 mètres de diamètre, immense afin de « détecter la faible lueur de lointaines étoiles et galaxies », et trois fois plus sensible que Hubble, lancé en 1990.

Lancé depuis Kourou en Guyane, il sera placé en orbite autour du Soleil, à 1,5 million de kilomètres de la Terre. Son coût total était estimé par la Nasa en 2018 à 9,66 milliards de dollars, contre 4,5 milliards en 2007.

Bouton retour en haut de la page
La NASA repousse le lancement de son grand télescope spatial à octobre 2021
La Grande Démission: comment TikTok précipite la mue du marché du travail
Redressement judiciaire pour Sigfox, à la recherche de nouveaux acquéreurs. (MAJ le 29/01/22)
[Made in Bordeaux] Qui sont les 20 startups à impact à suivre en 2022 ?
MICHEL COMBES
SoftBank: Marcelo Claure claque la porte, le Français Michel Combes promu DG de SoftBank International
Les cookies internet n’ont jamais été conçus comme des outils d’espionnage, affirme leur inventeur
Portrait de Christel Heydemann, du BCG à la direction générale d’Orange