A la uneActualité

La nouvelle promo Microsoft Ventures : on gardera un oeil sur…

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Ils étaient 250 candidats, soit deux fois plus que pour la session d’automne dernier. Microsoft Ventures n’en a gardé que 10 pour sa nouvelle saison de start-up incubées d’avril à juin 2015 à Paris.

L’accélérateur accueille les jeunes-pousses pour une durée de trois à six mois. Microsoft cherche à accompagner des start-up déjà mâtures, en recherche de 500 000 à 2 millions d’euros dans les six prochains mois. Certaines ont d’ailleurs déjà incubées. Le passage au sein de la structure Microsoft suffira-t-il à leur faire prendre leur envol ?

Frenchweb en retient cinq en particulier :

  • Braineet, une solution pour partager ses idées avec les marques sur les produits utilisés au quotidien. Les idées des consommateurs sont récompensées par les marques. En savoir plus.
  • CaptainLeads génère des leads gratuitement pour les entreprises B2B, en créant une communauté en ligne ou les membres expriment leurs besoins.
  • Digi.me qui développe l’interface socialsafe.net permettant de centraliser tous les comptes des réseaux sociaux sur une même plateforme. Toutes les données sont stockées de manière privées. Frenchweb l’avait rencontré lors de LeWeb13′. (voir la vidéo).
  • Tiller, une start-up française, d’abord incubée à l’Essec Ventures et à Startup42 (EPITA), qui édite une solution de point de vente pour les restaurants via une application de prise de commande sur iPad et un back office web. En savoir plus.
  • Azalead, une start-up parisienne qui a développé des algorithmes permettant de savoir si des salariés d’une entreprise consultent un site Internet afin de les cibler avec des bannières publicitaires contextualisées.
    En savoir plus.

Le jury était composé de représentants d’EDF, Daussalt Systèmes, et des investisseurs de Partech Ventures, Kima Ventures, Elaia Partners, Alven Capital, Ader Finance et Bpifrance.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page