ActualitéBusinessEuropeHealthcareInvestissementsLes levées de fondsStartup

La startup britannique Healx lève 56 millions de dollars pour lutter contre les maladies rares

A ce jour, plus de 7 000 maladies rares ont été identifiées, affectant 400 millions de personnes dans le monde, dont 25 millions en Europe et 3 millions en France. Or 95% de ces maladies n’ont toujours pas reçu de traitement approuvé. Il faut dire que la recherche et le développement de nouveaux médicaments se révèle très long et très coûteux. En effet, le développement d’un nouveau médicament prend souvent plus d’une décennie et sa commercialisation sur le marché coûte environ entre 2 et 3 milliards de dollars.

Dans ce contexte, la start-up britannique Healx veut proposer un modèle alternatif basé sur l’intelligence artificielle. Avec cette approche, l’entreprise se fixe pour objectif de faire progresser une centaine de traitements de maladies rares pour les rendre accessibles en cliniques d’ici 2025. Pour y parvenir, la société vient de boucler un tour de table en série B de 56 millions de dollars mené par le fonds londonien Atomico. Intel Capital, Global Brain, btov Partners, ainsi que les investisseurs historiques, à savoir Balderton Capital, Amadeus Capital Partners et Jonathan Milner, ont également participé à l’opération. En juillet 2018, la jeune pousse basée à Cambridge avait levé 10 millions de dollars dans le cadre de son tour de table en série A.

Une IA pour créer des nouveaux traitements en 24 mois 

Fondée en 2014 par Andreas Bender, David Brown, David Cavalla et Tim Guilliams, Healx mise sur l’intelligence artificielle pour découvrir de nouveaux traitements contre les maladies rares et les mettre à disposition des patients dans les cliniques dans un délai de 24 mois. Pour ce faire, la plateforme de la société britannique agrège les données issues de la littérature scientifique, des résultats d’essais cliniques et d’autres sources médicales pour identifier les liens thérapeutiques potentiels entre les médicaments et les maladies. A partir de ces données, Healx est ainsi en mesure de fournir des prévisions de traitement pour lutter contre certaines maladies rares. 

Ce nouveau financement doit permettre à la start-up anglaise de développer de nouveaux traitements et d’accélérer le lancement de nouveaux essais cliniques. «À ce jour, ce sont les familles et les groupes de patients qui ont dû devenir des experts des maladies affectant leurs proches et qui ont souvent été les moteurs des efforts pour trouver de nouveaux traitements. Grâce à notre combinaison unique de recherche et développement interne, de collaborations avec l’industrie et à présent de l’accélérateur de traitements rares, nous sommes impatients de soutenir ces groupes dans leur mission», note Tim Guilliams, co-fondateur et CEO de l’entreprise. La société se concentre avant tout sur les maladies génétiques. Et pour cause, 80% des maladies rares sont d’origine génétique. Dans la même veine que Healx, une autre start-up britannique, BenevolentAI, s’appuie également sur l’intelligence artificielle pour faire avancer la recherche médicale et ainsi développer de nouveaux traitements.

Healx : les données clés

Fondateurs : Andreas Bender, David Brown, David Cavalla et Tim Guilliams
Création : 2014
Siège social : Cambridge (Royaume-Uni)
Secteur : MedTech
Activité : intelligence artificielle pour développer de nouveaux traitements contre les maladies rares
Concurrent : BenevolentAI


Financement : 56 millions de dollars en série B en octobre 2019 auprès d’Atomico, Intel Capital, Global Brain, btov Partners, Balderton Capital, Amadeus Capital Partners et Jonathan Milner, 10 millions de dollars en série A en juillet 2018…

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
La startup britannique Healx lève 56 millions de dollars pour lutter contre les maladies rares
TousAntiCovid : enfin l’heure du vrai démarrage pour l’application de contact tracing du gouvernement ?
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat
Facebook
Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe
Retail: à l’approche des fêtes, quelle réponse face à l’évolution des tendances d’achats?
Comment Foncia accélère sa transformation numérique ?
Quand la présidentielle américaine se joue sur Twitch