ActualitéBusinessEuropeFoodTech

Le Royaume-Uni déclenche une enquête sur l’entrée d’Amazon dans Deliveroo

AFP

Le gendarme britannique de la concurrence a annoncé mercredi avoir ouvert une enquête sur l’entrée au capital du géant américain Amazon dans la société britannique de livraison de repas Deliveroo. La Competition and Markets Authority (CMA), qui avait déjà indiqué en juillet regarder de près cette opération annoncée en mai, révèle avoir ouvert une enquête dite de phase 1.

La CMA va examiner la transaction pour savoir si elle pourrait déboucher sur des hausses de prix pour les consommateurs et une moindre concurrence sur ce marché très disputé et en plein essor. Elle s’est donné jusqu’au 11 décembre pour éventuellement lancer une enquête approfondie (phase 2). La CMA a in fine le pouvoir de bloquer l’opération.

Spéculations sur les ambitions du géant américain

Mi-mai, Deliveroo avait annoncé avoir levé un total de 575 millions de dollars auprès d’Amazon et de fonds d’investissements. Le montant exact investi par le géant du commerce en ligne n’a pas été révélé mais Amazon a acquis la part la plus importante de cette augmentation de capital, suscitant les spéculations sur les ambitions du géant américain dans ce secteur au Royaume-Uni.

« Deliveroo coopère pleinement avec la CMA. L’investissement minoritaire aidera à créer des emplois, à faire grandir des restaurants et à améliorer le choix pour les consommateurs et à soutenir la concurrence dans le secteur de la livraison alimentaire au Royaume-Uni », fait valoir un porte-parole de Deliveroo dans une déclaration transmise à l’AFP.

Amazon tente de son côté une nouvelle fois le pari de la livraison de repas après avoir lancé son propre service en 2016 avant de le fermer deux ans plus tard. Deliveroo, dont le siège est à Londres, emploie 2 500 personnes dans le monde. La société travaille avec 80 000 restaurants dans 500 villes à travers 13 pays et compte 60 000 livreurs, reconnaissables aux imposants sacs à dos verts qu’ils portent en sillonnant les rues à vélo.

Elle a connu un développement à grande vitesse depuis sa création en 2013 mais elle n’est pas rentable compte tenu des coûts des investissements nécessaires à son expansion. La plateforme britannique a levé plus de 1,5 milliard de dollars, ce qui la place parmi les licornes, à savoir des sociétés technologiques non cotées valant plus d’un milliard de dollars. Son fondateur et directeur général Will Shu s’est donné pour objectif « de devenir la société de référence dans l’alimentaire ».

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Le Royaume-Uni déclenche une enquête sur l’entrée d’Amazon dans Deliveroo
Silicon Valley : un exode de San Francisco vers des villes moyennes américaines se prépare
Les Déterminés, une transformation digitale pour soutenir les entrepreneurs des quartiers populaires et ruraux
Élections américaines: Facebook va bloquer les publicités des médias contrôlés par un État
Coronavirus: l’État débloque un fonds au secours des startups françaises convoitées à l’étranger
Quels enseignements pouvons-nous tirer de la crise actuelle pour le futur des marketplaces?
Confinement: comment les géants américains ont profité de l’explosion du temps passé sur Internet
Share via
Copy link