BusinessInvestissementsLes levées de fonds

Le français Novapost lève 17, 5 millions de dollars auprès d’Accel Partners pour intensifier son développement international

La startup Novapost, qui édite une plateforme SaaS de dématérialisation de documents RH (signatures de contrats, bulletins de salaires…) vient d’opérer hier une levée de fonds de plus de 17 millions de dollars, soit un peu plus de 13 millions d’euros. Novapost fait entrer Accel Partners, le fonds d’investissement de Spotify, Facebook, Dropbox ou 99Designs. Kernel Investissements (la structure de Pierre Kosciusko-Morizet notamment) et Alven Capital, investisseurs historiques, participent aussi au tour.

Novapost revendique aujourd’hui 150 clients utilisateurs de sa solution SaaS PeopleDoc, le nom par ailleurs choisi par la société pour s’imposer sur le marché américain. Novapost mise sur les entreprises à dimension internationale, à l’instar de GDF-Suez, Total ou Canal+, et les aide à faciliter et alléger la gestion et le traitement des documents RH dans le cloud. L’entreprise, qui annonce doubler son chiffre d’affaires chaque année, compte ouvrir ses prochains marchés en Grande-Bretagne et en Allemagne. Elle est déjà présente à New York et à Boston.

Interview de Jonathan Benhamou, co-fondateur de Novapost :

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Le français Novapost lève 17, 5 millions de dollars auprès d’Accel Partners pour intensifier son développement international
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse