ActualitéEurope

Le Lab Facebook à Paris: les bonnes questions à se poser sur l’Intelligence artificielle

Facebook va implanter son centre de recherches sur l’intelligence artificielle à Paris. Avec lui, ce seront à terme «25 à 30 chercheurs», dirigés par le scientifique français Yann LeCun, qui piloteront les projets de ce laboratoire. Ils ont déjà livré quelques pistes de travail : détection des émotions d’après les contenus du réseau social, réalité augmentée, entre autres. A Menlo Park, au siège de la firme, ce sont déjà deux équipes de quarante personnes qui manipulent la donnée informatique pour la faire ressembler à l’homme.

Baidu, Amazon, Microsoft, et les autres géants qui disposent de leur laboratoire, n’ont pas encore levé le voile sur leurs résultats. Seul Google affiche clairement ses ambitions en matière d’intelligence artificielle avec la présentation récemment de son robot capable de refléter la personnalité. 

[tabs]

[tab title= »L’Intelligence Artificielle: les éléments clés »]

L’intelligence artificielle correspond au fait d’intégrer l’intelligence humaine dans une machine. Plus concrètement, il s’agit du traitement des connaissances et du raisonnement, dans le but de permettre à une machine d’exécuter des fonctions normalement associées à l’intelligence humaine : compréhension, raisonnement, dialogue, adaptation, apprentissage, etc. Actuellement, l’intelligence artificielle voit son avenir prospérer avec l’arrivée des robots intelligents et autonomes capables de toute sorte d’action.

Les secteurs concernés :

L’armée : Assurément, les technologies d’armement vont évoluer; drônes de combat (les drônes privés existant déjà), les « smarts bombs » guidées par ordinateur, ou encore le décryptage de données ennemies.

La science : L’intelligence artificielle pourrait permettre d’effectuer des gestes extrêmement précis lors d’interventions chirurgicales délicates. Certaines actions jugées « risquées » par les chirurgiens pourraient être effectuées en toute sécurité.

L’industrie : La détection d’erreurs techniques serait facilitée, au même titre que la production elle-même qui pourrait être entièrement prise en charge par des robots.

[/tab]

[/tabs]

Lire aussi: Un Français pour diriger le nouveau laboratoire d’intelligence artificielle de Facebook

Tags

Nicolas Bannier

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Close
Share This