ActualitéArts et CultureRussie

Le russe Yandex acquiert le portail cinéma KinoPoisk, détenu en partie par Allociné

Yandex, le « Google Russe », vient d’acquérir l’ensemble des parts de KinoPoisk. Le capital était détenu à hauteur de 40% par Allociné, et le reste par ses fondateurs. KinoPoisk est un peu le « IMDb russe », grande base de donnée de 100 millions de fiches descriptives de films, séries TV et célébrités. Son trafic draine 16 millions de visiteurs par mois (selon TNS), et se hisse dans le top 20 des sites russes les plus consultés. Les termes de l’accord n’ont pas été divulgués. Mais d’après le site East-West Digital News, KinoPoisk indique avoir cédé la totalité des parts de la société. Le site, lancé en 2003 par Vitaly Tatsis et Vitaly Sukhanov, était détenu par Allociné à hauteur de 40% depuis 2007. Le site avait en effet levé 1,2 millions de dollars provenant du fonds d’investissement DST/Mail.ru, en échange d’une prise de capital d’Allociné.

Kinopoisk vignette

Yandex entend aujourd’hui développer des outils de recommandations vidéos télévision et cinéma, en couplant son savoir faire de moteur de recherche avec les contenus de KinoPoisk. Interrogé par EWDN, un porte-parole de Yandex indique: « Nous allons construire un service de recommandation pour répondre à toutes les questions sur le contenu de la télévision et des films, les salles , les sorties DVD etc… « . Selon certains observateurs, la valorisation du site de KinoPoisk pourrait frôler les 50 millions de dollars.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Le russe Yandex acquiert le portail cinéma KinoPoisk, détenu en partie par Allociné
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Samsung: le confinement propulse le bénéfice net du groupe à près de 4 milliards d’euros
Mode : une course à la digitalisation nécessaire
Malgré Trump, Huawei devient le numéro un mondial des smartphones
Copy link